Traversée de Castor avec Alpes Aventure

Alpinisme dans le Val d’Aoste, 9 au 15 septembre 2017

Le Mont Blanc

Cette semaine était dédiée au Mont Blanc. Une semaine de temps froid, venté, et neigeux sur les Alpes en a décidé autrement. Dés le début du séjour nous sommes passé coté italien pour y faire une semaine d’alpinisme dans le Val d’Aoste. Bon choix car coté français le brouillard et la neige n’ont pas permis de gravir de sommets en toute sérénité. Vive l’alpinisme dans le Val d’Aoste.

SÉJOUR ASSOCIE

Le Val d’Aoste

Le Val d’Aoste est une vallée magnifique entourée de hauts sommets de 3000 et 4000 mètres. Il est donc facile de faire une belle semaine d’alpinisme dans le Val d’Aoste, du Mont Rose au Grand Paradis, en passant par le Grand Combin, la Valpelline, le Ruitor et le secteur de Benevolo, entre autres. Alpinisme dans le Val d’Aoste, c’est la garantie d’une grande variété dans une ambiance culturelle magnifique : l’habitat et l’accueil y sont de qualité !

Nous avons choisi le Grand Paradis pour débuter la semaine, avec l’espoir d’aller au Mont Blanc comme prévu. Mais le temps ne s’est pas amélioré et nous sommes restés sur place en fin de semaine dans le secteur du Mont Rose pour clore cette semaine d’alpinisme dans le Val d’Aoste.

SÉJOUR ASSOCIE GRAND PARADIS SÉJOUR ASSOCIE MONT ROSE 

ADOT 01

Ludovic et Christophe, participants au séjour Mont Blanc de cette semaine, pompiers dans l’Ain, ont soutenu un projet original. Ils ont profité de cette semaine pour sensibiliser au don d’organe. Le drapeau de l’ADOT 01 nous a donc suivi tout au long de la semaine, et nous avons porté haut les couleurs de l’ADOT 01 sur les 4000 du val d’Aoste.

Et pourquoi pas, nous pensons déjà a emmener ensemble des personnes ayant profité d’un don d’organe ou de tissus humains sur les sommets des Ecrins !

Découvrir l’ADOT 01 :  ADOT 01

A lire, deux articles de presse, le Progrès et La Voix de l’Ain :

article le progrès alpes aventure ADOT 01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

article la voix de l'Ain alpes aventure ADOT 01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans cet article Alpinisme dans le Val d’Aoste

Présentation – Lieu – Alpinistes – Encadrement -Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéos Alpinisme dans le Val d’Aoste – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Massif du Grand Paradis, Massif du Mont Rose, Val d’Aoste, Italie.

Alpinistes :

  • Sophie
  • Amir
  • Ludovic
  • Christophe

Encadrement :

  • Guillaume CHRISTIAN
  • François LACOUR

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Alpinisme dans le Val d’Aoste. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Samedi 9 septembre 2017

Hotel Olympique

Toute l’équipe se retrouve au magasin Sanglard à Chamonix après que je sois passé à l’hotel olympique au village du Tour, où j’ai pu rencontrer Amir.

Nous faisons le bilan du matériel au magasin, avec quelques ajustements en matériel, et la récupération des chaussures pour ceux qui on désirer les louer.

Puis nous voici à l’hotel Olympique tous ensemble. Les prévisions météo sont mauvaises pour toute la semaine et nous gardons une certaine réserve pour l’ascension du Mont Blanc en fin de semaine. Ceci dit, les choses peuvent évoluer, et nous gardons espoir.

François Lacour, guide de haute montagne, qui doit nous rejoindre pour la fin de semaine et l’ascension du Mont Blanc, est disponible ce soir et nous faisons un briefing commun.

Il est décidé de partir dés demain matin pour le massif du Grand Paradis. Le temps fort moyen sur le Mont Blanc pour le début de la semaine nous convainc de ne pas rester dans ce secteur où la couverture nuageuse, les précipitations, pourraient compromettre la navigation sur les grands glaciers très crevassés en cette fin de saison, du nord du massif du Mont Blanc.

Dimanche 10 septembre 2017

Le Val d’Aoste

Quelle beauté ce val d’Aoste. Nous quittons Chamonix sous un ciel chargé. A Courmayeur déjà le soleil nous inonde. Les toits de Lauzes, la richesse des habitats, des châteaux, saute au yeux. Le pays est magnifique, et le voyage est un véritable festival bien avant de commencer la marche en montagne. Le Val d’Aoste est une destination alpinisme et de randonnée pédestre de premier choix.

Le Parc National du Grand Paradis

Le Parc National du Grand Paradis a commencé par être réservé royale de chasse dés 1856 à l’initiative de Vittorio Emanuele II, roi d’Italie et chasseur. Il se rendait bien compte à l’époque de la fragilité de la faune et de la flore, et surtout de la disparition du bouquetin, espèce emblématique du Parc National du Grand Paradis. Vittorio Emanuele III a donné suite à cette protection en 1919 en cédant la zone à l’état italien pour y créer un parc national. Il faut savoir que le Val d’Aoste est une région autonome en Italie, encore de nos jours, et que les monarques italiens de l’époque étaient originaire du Vla d’Aoste, de la la famille Aoste-Savoie, dont faisaient partie un grand nombre de montagnards et hommes d’états importants en Italie : Vittorio et Quintino Sella, la reine Margherita, Louis Amedée de Savoie Duc des Abruzzes (tentative au K2, première ascension du Ruwenzori, tentative au Pole Nord).

Le Parc national du Grand Paradis fut définitivement créé en 1922. Tous les bouquetins des Alpes proviennent de ce parc, depuis lequel ils ont été réintroduits.

Le Refuge Vittorio Emanuele II

Nous arrivons à Pont-Breuil, dans le Valsavaranche, terminus de la route. Un petit repas à base de Pasta et Gnocchi, et nous voilà en chemin pour le refuge Victor Emmanuel.

Grande bâtisse, navire au milieu des montagnes, le refuge n’en reste pas moi chaleureux. L’accueil est à la hauteur, et ce refuge hommage au roi d’Italie ne va pas nous décevoir.

Lundi 11 septembre 2017

Le Grand Paradis

Départ bien matinal ! A 5 heures nous sommes sur le sentier. Nous aurions préféré partir pour le Grand Paradis demain, mais la météo semble moyenne. De plus, faire le sommet, redescendre en vallée et reprendre la voiture pour Chamonix, semble être fatiguant; surtout avec pour mardi une grosse journée prévue à enchaîner, avec la montée au refuge de Tête Rousse depuis Bellevue. C’est en effet 1500 mètres de dénivelée, car le Tramway du Mont Blanc est fermé pour travaux.

Aujourd’hui nous oublions tout ces soucis et nous nous concertons sur l’ascension du Grand Paradis. Nous allons doucement car l’acclimatation n’est pas encore au top. Il faut aussi prendre connaissance avec l’encadrement, ce que nous avons préparé dans les blocs autour du refuge hier après midi; bonne idée.

Le Glacier de Lavecciau

Le cramponnage n’est pas trop difficile au départ, et nous prenons aussi la mesure de ces éléments de progression sur le glacier de Lavecciau à 3300 m. En douceur. Nous retrouvons ici les cordées parties du refuge Chabod.

L’ascension est belle, le soleil fait son apparition bien tardivement comme toujours au Grand Paradis, exposé ouest.

En fin d’ascension le vent se lève, sur un court moment, et nous tenons à peine debout ! Heureusement il ne dure pas longtemps et tout est plus calme lorsque nous abordons les rochers sommitaux.

Il n’y a pas trop de monde ici aujourd’hui, et nous profitons du sommet en toute quiétude ! Bravo a-à tous pour ce premier « 4000 ».

Retour au refuge Vittorio Emanuele II

La descente se passe tranquillement au soleil, sans pression : le temps est beau et stable, frais, et nous couchons au refuge ce soir. C’est l’avantage de ne pas prévoir de descente en vallée directement après le sommet.

Et nous profitons de la fin d’après midi au refuge Victor Emmanuel, boissons, sieste, la vie est belle.

Mardi 12 septembre 2017

Retour dans le Valsavaranche

Nous aurions bien aimé ce matin faire une randonnée en alpage avant de descendre en vallée. mais le vent souffle fort, il fait très froid (le lac à gelé devant le refuge) et quelques flocons virevoltent.

C’est donc une descente directe du refuge à la vallée que nous effectuons, jusqu’au hameau de Pont-Breuil, pour un petit café bien au chaud à l’auberge Grand Paradiso.

Briefing programme des prochains jours : Mont Blanc

François Lacour, qui est dans le Valsavaranche ce matin. Nous faisons un briefing météo après midi, pour avoir les meilleures prévisions possibles.

Mauvais temps demain et apurés demain sur Chamonix, peut être mieux vendredi mais toujours avec du vent et surtout du grand froid. Avec François, nous pensons que tenter le Mont Blanc vendredi sera une aventure très incertaine, et assurement très difficile, froide comme un sommet d êtres haute altitude avec l’incertitude du vent. Nous restons donc dans le Val d’Aoste, et partons pour le Val d’Ayas.

Le Val d’Ayas

Nous faisons un petit détour à Aoste louer une paire de chaussures pour Ludovic. En effet un échange (malheureux ou délibéré) de chaussures à eu lieu au refuge Vittorio Emanuele a eu lieu et Ludovic se retrouve donc avec des chaussures un peu trop petites.

Puis nous continuons dans le Val d’Ayas. Le Val d’Ayas est une charmante vallée qui conduits aux sommets de 4000 metres proches de Zermatt et du Mont Rose : Breithorn, Pollux et Castor. Deux refuges donnent accès au Graal : le refuge Mezzalama et le Refuge des Guides du Val d’Ayas. Seul le second est encore ouvert en cette fin de saison, et nous y monterons demain matin. Pour l’heure nous profitons du fort sympathique hotel Laghetto pour une nuit réparatrice en ce milieu de semaine.

Mercredi 13 septembre 2017

Le Taxi de Pian di Verra

Les refuges sont bien loin. Ici pas de route, pas de remontées mécaniques. Il nous faut utiliser un service de taxi 4X4 pour emprunter la route de terre qui mène aux chalets de Pian di Verra jusqu’aux quels nous ne pourrions rouler avec un véhicule classique.

C’est à 2100 mètres que nous débutons la montée aux refuges.

Le Refuge Ottorino Mezzalama

La grande moraine du Glacier di Verra conduit au refuge Ottorino Mezzalama. A 3064 mètres d’altitude, c’est un ancien refuge, petit et traditionnel, où il est bon d faire une halte ou même de passer la nuit. Malheureusement aujourd’hui nous n’y prenons qu’une petite collation sortie du sac car le refuge a fermé le week-end dernier.

Le Refuge des Guides du Val d’Ayas.

Notre montée continue après le refuge Ottorino Mezzalama. Nous traversons d’abord une zone de roches moutonnées polies par le glacier récemment disparu. François en profite pour nous donner un cours magistral de stries glaciaires complètement décalé et plein de second degré.
La fin de la montée se fait dans un raide pierrier et une section équipée de cordes fixes et de passerelles qui débouche sur la terrasse même du refuge.

Jeudi 14 septembre 2017

Ascension du Breithorn occidental

Le temps est couvert ce matin, clair en vallée mais les sommets sont léchés de nuages. Nous partons à la levée du jour et nous avons le droit à un lever de soleil plein d’ambiance avec ces éclairages irréels.

L’ascension du Breithorn n’est pas très difficile, mais assez longue. Après être passé sous l’arête de Pollux, il faut effectuer une longue marche à niveau sur le glacier supérieur de Verra, la trace redescend même parfois, il faudra remonter au retour.

Nous sommes en deux cordées, celle de François a un peu d’avance. Le temps se gâte au col du Breithorn, le vent s elève, le ciel se bouche, parfois même quelques flocons traversent le ciel entre deux éclaircies.

La cordée de François arrive au sommet en premier. la cordée de Guillaume, battue par le vent et les flocons qui fouettent le visage, s’arrête vingt mètres sous le sommet, en perdant l’équilibre tellement les rafales sont fortes.

Les deux cordées se retrouvent 200 mètres sous le sommet pour faire route commune. La traversée jusqu’à Pollux se fait plus calmement, abritée du vent avec souvent de la visibilité.
C’est en arrivant au refuge que le brouillard se fait soudain plus dense et que nous entendons le ronronnement du groupe électrogène bien avant de voir le refuge ! Belle journée…

Vendredi 15 septembre 2017

Une belle journée se prépare. Il fait froid, beau, le vent tempétueux d’hier soir s’est arrêté.

Nous formons deux cordées. L’une ira faire la traversée de Castor, l’autre ira profiter de cette belle montée du soleil au pied de Pollux, en aller – retour.

La première cordée part vers Castor de nuit, tôt, pour profiter du lever de soleil déjà haut sur la montagne. dans les pentes finales de Castor, raides, le ciel illumine les Alpes le Grand Paradis, le Cervin, les 4000 du Valais, le Grand Combin et le Mont Blanc.

Sur la dernière arête nous sommes accueillis par le soleil et par un vent glacial. L’arête est effilée, raide, et demande des précautions. Quelle joie au sommet d’être ici seuls, en plein ciel ! Magnifique traversée de Castor !

La descente reste technique et surtout très froide et ventée. passage au refuge Quintino Sella al Felik, lors de notre traversée, avant d’entamer la descente par Bettolina et rejoindre le Pian di Verra superieur ou les deux cordées se retrouvent.

Il n’y a plus qu’à prendre le taxi 4×4 et retrouver Saint jacques dans le Val d’Ayas.

Bravo à toute l’équipe pour cette semaine pas facile, froide et ventée, d’avoir su garder cette motivation après le choix de ne pas tenter le Mont Blanc.

Album Photo

Videos d’une semaine d’alpinisme dans le Val d’Aoste

Le Grand Paradis

Le Val d’Ayas

Montée au Refuge des Guides du Val d’Ayas

Petit cours de géomorphologie…décalé. A prendre au second degré.

Ascension du Breithorn en aller retour du refuge des guides d’Ayas

3 journées dans le Val d’Ayas, refuge, Breithorn et Castor

 

Laissez un commentaire