Randonnée à Dormillouse, 19 juillet 2017

Randonnée à Dormillouse, 19 juillet 2017

Classé dans : Randonnée | 0

Dormillouse

Voici le seul village à habitat permanent dans le Parc National des Ecrins. Ce petit village n’est pas accessible par la route. Entouré de sommets de plus de 3000 mètres, il se trouve au coeur d’une zone d’alpage riches d’histoire et de traditions.

Nous avons fait une belle découverte de ces espaces en compagnie de 23 ados et pré-ados de l’Espace Jeunes de Septièmes les Vallons, accompagnés de 4 encadrants.

SÉJOURS ASSOCIES

 

Dans cet article Randonnée à Dormillouse

Présentation – Lieu – Randonneurs – Encadrement -Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Parc national des Ecrins, Pays des Ecrins et vallée de Freissinieres, Hautes Alpes.

Randonneurs :

  • Driss
  • Guillaume
  • Axel
  • Romain
  • Hugo
  • Erwann
  • Lucas
  • Dylan
  • Maxime
  • Lucas
  • Killian
  • Théo
  • Eden
  • Brice
  • Franck
  • Axel
  • Yanis
  • Alexandre
  • Remi
  • Alessandra
  • Jaouen
  • Kenzo
  • Giovanni
  • Arnaud
  • Mohamed
  • Sebastien
  • Etienne

 

Encadrement :

  • Antoine ENGILBERGE
  • Cédric BERTANO
  • Brice VIGOUROUX

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Randonnée. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Mercredi 19 juillet 2017

Le Parc National des Ecrins

Notre randonnée débute au parking de Dormillouse. Tout de suite nous sommes dans le Parc National des Ecrins, et voici avant la passerelle le panneau informatif. Le Parc National des Ecrins, créé il y a plus de 40 ans, vise à protéger le milieu naturel et intègre l’homme de façon raisonnée dans cet environnement.

Le franchissement de la passerelle est également l’occasion de contempler la magnifique cascade du torrent de Chichin et d’évoquer les deux descentes de canyon qui s’achèvent ici, parmi le plus difficiles de la région : le Torrent des Oules et le Torrent de Chichin.

Le Lac Fangeas

La montée au lac est déjà le prétexte à de nombreuses ouvertures sur le lieu et son environnement. Au Lac Fangeas, nous faisons la rencontre de faucons crécerelle et une observation aux jumelles fait un peu se rapprocher un lointain vol de vautours sur le Tête de Gramusat.

La pause au Lac voit s’approcher le Patou, chien protecteur des attaques de loup pour les troupeaux de brebis qui estivent en ce lieux. C’est le moment de parler de la vie du troupeau, du berger, et de la vie en alpage.

Le Pont de Fer

La randonnée se poursuit en passant par le Pont de Fer. D’ici la vue est dégagée sur les couches de roches constituant ce massif du sud du parc National des Ecrins. Un bon cours de géologie à ciel ouvert qui permet de disserter sur la création de la terre ! Le tout agrémenté des approbations des marmottes qui habitent le secteur !

Dormillouse

Bientôt nous sommes en vue du village. Face à lui, en versant nord, le mélèze règne en maitre. Un arbre solide, imputrescible, qui fait les beaux jours de la construction typique locale. Les fleurs ne sont pas en reste et peuplent l’alpage avant de se faire plus discrètes sous le couvert forestier. C’est d’ailleurs dans les fourrés plus denses de la basse forêt, peu avant les maisons, que nous croisons un chevreuil dans son milieu de prédilection.

Le village est juste là. Au moulin la pause permet d’évoquer sa riche histoire, du protestantisme vaudois à la vie de Felix Neff.

Désormais la vie en montagne est plus orchestrée par le tourisme saisonnier, impliquant souvent une pluriactivité professionnelle et bien souvent la vie en station de ski qui l’hiver offrent une source de revenu non négligeable.

Voici une belle journée de randonnée qui s’achève, avec un grand bravo à toute l’équipe des jeunes de Septièmes les Vallons !

Album Photo

Laissez un commentaire