Le Mont Blanc avec Alpes Aventure

Mont Blanc, 18 au 24 juin 2018

Classé dans : Haute Montagne, Mont Blanc | 0

Le Mont Blanc

Le Mont Blanc, le toit des Alpes, demande une préparation bien pensée en amont. Il faut arriver physiquement prêt pour l’ascension du Mont Blanc, mais aussi bien s’acclimater et se sentir apte techniquement. Nous avons donc fait de l’alpinisme classique pendant trois journées dans le nord du massif du Mont Blanc pour acquérir le minimum technique pour être au point sur l’ascension du Mont Blanc, et acclimater son corps à l’altitude.

 

SÉJOUR ASSOCIE

 

Dans cet article Ascension du Mont Blanc

Présentation – Lieu – Alpinistes – Encadrement -Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéo Préparation et ascension du Mont Blanc – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Massif du Mont Blanc, Haute Savoie, France et Valais, Suisse.

Alpinistes :

  • Olivier
  • Guillaume
  • Jesse
  • Florent

Encadrement :

  • Guillaume CHRISTIAN
  • Jean Luc FIGUIER

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Mont Blanc. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Lundi 18 juin 2018

Hotel Olympique

Avant de retrouver l’hotel Olympique au village du Tour, qui sera un peu notre « camp de base », Jesse et Florent sont au magasin à Chamonix pour essayer leurs chaussures de la semaine. Il ne faut pas se tromper et bien tester les pointures quand il s’agit de louer des chaussures dans lesquelles il va falloir marcher plusieurs heures. C’est donc avec Guillaume que commence la semaine avec ce rendez vous à Chamonix.

Puis l’équipe se retrouve au complet au village du Tour, à l’hotel Olympique. Au programme, c’est réglage des crampons, distribution du matériel de prêt, casques, harnais, piolets, thermos.

Ensuite vient le décalage du sac de Guillaume pour faire le point sur les affaires à emmener pour les trois premiers jours : juste assez, et surtout rien de trop !

Un dernier point météo, qui s’annonce plutôt en notre faveur cette semaine, et c’est la première nuit au pied du Mont Blanc.

Mardi 19 juin 2018

Le Glacier du Tour

C’est avec les remontées mécaniques que nous commençons cette journée. La télécabine de Charamillon est devant l’hotel et nous n’utilisons pas la voiture ce matin, plutôt sympa.

Il y a encore beaucoup de neige en ce début de saison, et rapidement un raide névé nous barre la route sur le chemin. Il faut donc déjà sortir la corde et s’assurer sur 30 mètres, car même si nous sommes en moyenne montagne, une chute sur cette neige raide sera grave de conséquence. Prudence donc.

La suite est plus classique et nous arrivons sous le refuge Albert 1° au Glacier du Tour, pour un pique nique face aux sommets avant l’école de glace.

Pour l’école de glace, nous allons apprendre à évoluer avec les crampons, et encordés, pour marcher de manière simultanée, ce qui demande un peu de discipline. Nous continuons sur la glace par des pentes courtes mais de plus en plus raides, afin de parfaire la technique de chacun : tout y passe, montée, descentes, traversées, se pendre dans la corde, utiliser les broches à glace et matériel technique.

Le refuge Albert 1°

Nous terminons au dessus du refuge avec quelques évolutions dans les rochers pour finir cette journée complète de préparation à l’alpinisme. En milieu d’après-midi midi nous sommes au refuge Albert 1°. Repos car demain, petit déjeuner à 4 heures !

Mercredi 20 juin 2018

La Petite Fourche

4 heures c’est bien tôt mais c’est l’heure de petit déjeuner en montagne pour cette semaine. Nous sommes en juin, et le temps de se préparer nous sortons du refuge à 4 heures 45, et le jour se lève déjà.

Contrairement à nos craintes le regel est bon, la neige est dure et agréable sous les crampons. Le glacier du Tour se remonte de manière agréable face à cette belle montagne qu’est le Chardonnet qui s’illumine au soleil levant.

Au col Blanc la pente devient plus raide, nous raccourcissons l’encadrement et les piolets sont de sortie. Au sommet plus de 3500 mètres la vue est magnifique, le soleil est avec nous, et les Alpes suisses se dévoilent, du Mont Rose au Cervin, avec l’Oberland au loin.

Nous retrouvons le Col Blanc, et sa raide pente nord. Nous utilisons un ancrage en place, pour descendre »en moulinette » pour passer une crevasse nommée « rimaie », plein d’émotions. Un petit coup « d’Escaper » Béal pour le guide et la crevasse est franchie pour tout le monde.

La Cabane de Trient

La marche est alors plus tranquille sur le vaste Glacier de Trient, jusqu’à la cabane de Trient. C’est ainsi que les suisses appellent leurs refuges, des « cabanes ». A 11 heures nous posons nos sacs à la cabane de Trient, il n’y a plus qu’à se reposer et récupérer, première journée réussie pour tous. La nuit à plus de 3000 mètres va permettre de continuer à s’acclimater à l’altitude.

Jeudi 21 juin 2018

L’Aiguille du Tour

Le deuxième sommet de notre préparation est l’aiguille du Tour, 3542 mètres. Il est un peu technique sur la fin, et il sera bien utile d’avoir l’expérience de l’évolution dans des rochers faciles pour être à l’aise dans la montée au refuge du Gouter.

La rimaie est bien bouchée par la neige de l’hiver, les rochers sont secs, le soleil est là, et nous sommes seuls. Ce sommet est un vrai bonheur.

Nous retrouvons la France que nous avions quittée la veille au Col Blanc en franchissant le col supérieur du Tour en descendant du sommet de l’AIguille du Tour. Nous descendons ce glacier du Tour remonté la veille pour achever notre boucle sous le refuge Albert 1° pour un pique nique.

Le sentier nous ramène à Charamillon, nous évitons ce névé pente qui avait demandé la corde il y a deux jours pour rejoindre gare intermédiaire des deux tronçons de remontées mécaniques.

A 12:30 nous voici à l’hotel, pour peaufiner le matériel, les sacs, et s repose avant l’aventure du Mont Blanc.

Vendredi 22 juin 2018

Le Tramway du Mont Blanc

Nous utilisons habituellement le tramway du Mont Blanc depuis Saint Gervais. Il ya des travaux devant la gare, plus de parking à proximité, des navettes une peu tendues au niveau horaire depuis un parking éloigné, nous décidons de partir de la première gare au Fayet, dans la vallée.

Mais là, mauvaise surprise, un problème technique empêche tous les trains de rouler aujourd’hui.

Nous retrouvons Jean Luc au Fayet, qui sera le deuxième guide de l’équipe pour le Mont Blanc, et nous remontons tous ensemble aux Houches pour monter à Bellevue en téléphérique. Péripétie.

Le Refuge de Tête Rousse

Pas de train, il faut donc partir de Bellevue à pied. La montée au refuge de Tête Rousse sera plus longue, mais nous montons donc tranquillement avec une belle pause à la cabane des Rognes pour le pique nique, en compagnie des bouquetins.

Au refuge de Tête Rousse, comme souvent en refuge, nous arrivons tôt, vers 15 heures, et l’après midi est consacrée au repos. Il y a eu beaucoup de vent aujourd’hui et de nombreuses cordées n’ont pas pu réaliser l’ascension du Mont Blanc. Demain le vent devrait être moins fort, nous espérons que la prévision météo se réalisera.

Samedi 23 juin 2018

Montée au refuge du Gouter

Nous sommes bien rodés, petit déjeuner à 4 heures, et nous arrivons à partir à 4 heures 45, bien joué l’équipe.

Il faut monter au refuge du Gouter 600 mètres plus haut, et va être important de ne pas puiser dans les réserves pour cette montée. Il ne sert à rien d’aller trop vite, même sil faut tenir un rythme.

Vers 7 heures 15 nous arrivons au refuge du Gouter, pour une bonne pause de 1 heure au chaud, avec petit déjeuner.

Le Refuge du Gouter

Vers 7 heures 15 nous arrivons au refuge du Gouter, pour une bonne pause de 1 heure au chaud, avec petit déjeuner. Cette pause fait vraiment du bien, avec un petit déjeuner assis au chaud. A 8 heures 30 nous sommes repartis.

Ascension du Mont Blanc

Crampons au pieds dans la neige jusqu’au sommet. Il faut d’abord remonter la pente du Dome du Gouter, il faut vraiment prendre son temps mais sans s’arrêter continuellement pour avoir un rythme. Au Dome du Gouter la partie terminale de l’ascension se dévoile, le Mont Blanc est devant nous.

Sur l’arête des Bosses au dessus du refuge-abri Vallot le vent est fort et nous espérons que cela ne va pas augmenter. La première bosse est longue, c’est la plus difficile car vraiment longue. Après, bonheur, le vent se calme.
Deuxième bosse, arête effilée, la crevasse, il ne reste plus que 150 mètres jusqu’au sommet.

La dernière arête est toujours magnifiqiue, et le sommet est là. Il s’approche, nous y sommes, c’est une pure joie ! Emotions.

Soirée au refuge du Gouter

La descente demande de l’attention jusqu’au Dome du Gouter, la pente est raide, l’altitude se fait sentir. Mais il est vrai que chaque pas vers le bas permet de mieux respirer. Nous arrivons au refuge du Gouter à 16 heures 30. Fatigués, mais avec la joie du sommet !

Dimanche 24 juin 2018

Il faut rester concentrés. Ce matin nous devons descendre l’arête du Gouter, l’ascension n’est pas finie. En plus le temps est couvert et il neige un peu. Le sommet était mieux hier !

Nous passons à Tête Rousse, en début d’été des névés permettent des glissades, et nous arrivons au Nid d’Aigle pour un bon petit repas au chaud.

Le train ne fonctionne pas pour travaux jusqu’au 6 juillet cette année, nous bénéficions de trains « alpinistes » à partir du Mont Lachat 50 minutes plus bas, pour retrouver Bellevue, le téléphérique des Touches et la vallée.
Bravo à toute la « dream team » pour cette semaine et ce succès 100 % au sommet du Mont Blanc.

Album Photo

Videos de l’Ascension du Mont Blanc

Ecole de Glace au Glacier du Tour

La Petite Fourche

L’Aiguille du Tour

L’ascension du Mont Blanc depuis le refuge de Tête Rousse

Glissades sous le refuge de Tête Rousse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.