Mont Blanc, du 27 août au 2 septembre 2018

Classé dans : Haute Montagne, Mont Blanc | 0

Le Mont Blanc

Le Mont Blanc est, et restera une ascension de haute montagne, en altitude, difficile. Le plaisir est à hauteur des efforts. Les trois premiers jours de notre séjour ont été particulièrement bénéfiques pour acquérir les bases techniques indispensables, et devenir des alpinistes. Dans le sens de savoir préparer son sac correctement, partir rapidement le matin, être efficace pendant les pauses. Gagner du temps c’est difficile, ne pas en perdre cela s’apprend ! Bravo à toute l’équipe pour son implication et sa passion pendant cette semaine !

SÉJOUR ASSOCIE

 

Dans cet article Ascension du Mont Blanc

Présentation – Lieu – Alpinistes – Encadrement -Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéo Préparation et ascension du Mont Blanc – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Massif du Mont Blanc, Haute Savoie, France et Valais, Suisse.

Alpinistes :

  • Thierry
  • Jacques
  • Jean François
  • Laurent
  • Guy

Encadrement :

  • Jean Luc FIGUIER
  • Guillaume CHRISTIAN
  • François LACOUR

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Mont Blanc. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Lundi 27 août 2018

Hotel Olympique

Avant de retrouver l’hotel Olympique, certains membres du groupe se sont retrouvés à Chamonix pour essayer les chaussures qu’ils avaient demandé à louer, en compagnie de François et Guillaume, guides de haute montagne Alpes Aventure.

Tout le monde se retrouve ensuite donc comme convenu à l’hotel Olympique. C’est au soleil dans la pelouse que nous réglons les crampons, que chacun récupère le matériel de prêt : piolets, baudriers, casques, thermos. François fait une brillante démonstration sur le baudrier, et Guillaume vide son sac…dans l’herbe pour en expliquer le contenu !

il ne reste qu’à profiter d’un bon repas avant de gagner du sommeil avant ces prochains jours. Bonne nuit !

Mardi 28 août 2018

Le Glacier du Tour

Le matin, il suffit de traverser la rue pour rejoindre la télécabine de Charamillon. L’hotel est idéalement placé. Nous montons jusqu’au sommet du deuxième tronçon pour débuter la marche vers le glacier du Tour, devant le refuge Albert 1°.

Nous pique-niquons devant le refuge au pied du Glacier après deux heures de marche, pour débuter ensuite l’école de glace.

Il s’agit pour l’équipe de se préparer techniquement pour être prêts pour évoluer sur un glacier : mettre les crampons, marcher encordés, se servir du piolet, surmonter des pentes plus ou moins raides.

Le refuge Albert 1°

Tout le monde se sort bien de cette formation sur le glacier et après une bonne journée nous retrouvons le refuge Albert 1°, pour du repos, un bon repas et une nuit avant la première course le lendemain.

Mercredi 29 août 2018

La Petite Fourche

Notre première course d’application et d’acclimatation est la Petite à 3530 mètres d’altitude. Nous faisons deux cordées. Les conditions sont bonnes avec un bon regel nocturne, le lever de soleil est magnifique avec des brumes qui donnent à l’aube une ambiance extraordinaire.

Pour atteindre le sommet, une pente de glace barre l’accès classique. Nous faisons quelques mètres sur la glace pour bien appliquer l’apprentissage de la veille, mais rapidement nous rejoignons les rochers car il est quand même plus facile de grimper par là avec les conditions actuelles.

Quelle vue au sommet, et quel plaisir ! La vue porte jusqu’au Cervin dans le Valais suisse.

Une courte descente nous ramène au Col Blanc. Pour descendre coté suisse, une pente de glace barrée par une crevasse nécessite de descendre en moulinette pendus sur la corde. Un bon exercice de confiance dans le matériel d’alpinisme est donc au programme, et finalement c’est plutôt ludique (comme l’escalade des rochers faciles de la Petite Fourche !).

La Cabane de Trient

Il nous reste alors à rejoindre, par une longue marche ensoleillée, le refuge de Trient et son charme d’antan, pour profiter d’une après midi de repos. D’ailleurs la perturbation annoncée arrive et il ne tarde pas à pleuvoir fort et à grêler, ce qui nous fait apprécier l’abri et la chaleur du poêle.

Jeudi 30 août 2018

L’Aiguille du Tour

Deux cordées ce matin, l’une pour l’aiguille du Tour, et l’autre pour le Col supérieur du Tour, moins exigeant, et nous voilà partis sur le glacier de Trient en fin de nuit.

Malheureusement ce matin Jean François souffre du dos, et une douleur tenace puis insupportable s’installe pour lui. François appelle le secours en montagne suisse, et l’évacuation héliportée est nectaire, car la douleur empêche Jean François de marcher, et il a même du mal à mouvoir sa jambe. La suite des analyses médicales en vallée dans le premier centre de soins feront envisager une hernie discale.

La seconde codée quant à elle poursuit vers l’aiguille du Tour où elle arrive dans une grande tranquillité car nous sommes tous partis bien tôt de la cabane de Trient ce matin?. Suffisamment tôt pour arriver avant les cordées en provenance du refuge Albert 1°, et pour profiter donc d’une montagne non fréquentée.

La descente se passe sans problème majeur, la cordée négociant de manière experte la délicate pente de glace du col supérieur du Tour, plutôt difficile en cette fin de saison.

Vendredi 31 aout 2018

Le Tramway du Mont Blanc

Nous retrouvons Jean Luc au Fayet, qui sera le troisième guide de l’équipe pour le Mont Blanc. Jean François blessé au dos reste dans la vallée pour profiter de l’hotel Olympique et du spectacle du l’ultra trail du Mont Blanc qui a lieu ce week-end; Thierry, dont la forme est insuffisante pour gravir le Mont Blanc, reste avec lui pendant ces trois journées.

Nous empruntons le Tramway du Mont Blanc, train à crémaillère, pour rejoindre le terminus du Nid d’Aigle.

Le Refuge de Tête Rousse

Journée de brumes, de brouillard et de bruine, pour nous accompagner pour cette marche vers le refuge de Tête Rousse. La montée est sans soucis majeur, nous ne nous octroyons qu’une pause boisson pour éviter la vraie pluie qui arrive dans l’après midi; Le pique sera savouré au refuge. Nos espoirs vont vers du beau temps demain pour notre tentative vers le Mont Blanc.

Samedi 1° septembre 2018

Montée au refuge du Gouter

Tout d’abord l’aborder calmement, la montée au refuge du Gouter ne doit surtout pas compromettre la suite de l’ascension. Ce matin le ciel est clair, il y a un peu de vent au départ mais tout se présente bien. La montée se déroule bien.

Le Refuge du Gouter

Au refuge du Gouter nous rentrons au chaud, profiter d’une boisson chaude et d’une belle part de tarte. Le temps se dégrade, il fait froide, le vent souffle et le brouillard tombe. Nous temporisons.

Repos au refuge du Gouter

Nous reprenons la météo du jour qui confirme nos craintes de la veille. La neige est prévue cette après midi. Il est impossible d’aller au Mont Blanc aujourd’hui, trop froid, trop de vent, et trop de nuages. S’engager par mauvais temps est une idée à bannir car en cas d problème point de salut sans visibilité. Donc, acclimatation et repos au refuge. Nous apprécions les journées d’acclimatation de début de séjour, car passer une journée sans acclimatation au refuge du Gouter à plus de 3800 m d’altitude peut être néfaste car le corps lutte et se fatigue, même au repos, pour une personne qui vient de la plaine sans séjour au dessus de 3000 m préalable.

Demain…la prévision météo est optimiste.

Dimanche 2 septembre 2018

Départ du refuge du Gouter

Pour gravir le Mont Blanc nous avons grâce à notre programme une « seconde chance » en cas de météo incertaine le samedi. C’est donc le départ ce matin pour l’ascension du Mont Blanc. Certes plus difficile avec un réveil à 2 heures 30, et l’assurance d’avoir à redescendre jusqu’au Nid d’Aigle aujourd’hui même.

Le Mont Blanc

La Montée au Dôme du Gouter se fait de nuit. Une demi lune nous accompagne. Au Dome, dans la nuit, le jour commence à peine à poindre à l’est. Ce n’est qu’au refuge Vallot que nous pouvons éteindre la lampe frontale. Le vent souffle, il fait froid, mais le beau est avec nous. L’arête des Bosses se dresse devant nous, magnifique.

L’ascension est très belle, le soleil se lève, chacun progresse bien, à son rythme. Nous restons tous à petite distance et l’arrivée au sommet se fait dans le même quart d’heure. Quelle joie d’arriver ensemble sur le toit des Alpes après une forte semaine à se préparer de concert vers cet objectif commun.

Au sommet il ne fait pas très chaud, nous ne restons guère. 15, peut être 20 minutes grand maximum. Il faut aussi penser à la descente, elle va être longue mais pleine de bonheur. L’arête des Bosses est aussi très belle dans ce sens, et la descente du Dôme du Gouter en dominant la plaine de Sallanches est un grand moment.

Il va falloir rester concentré, l’arête et le Couloir du Gouter demandent toute notre attention, notre concentration.

Ce n’est qu’au train que l’ascension est vraiment terminée. Une sortie en montagne, cela ne se termine jamais au sommet, mais bien dans la vallée, au retour. La vallée, nous y sommes accueillis au sortir du Tramway du Mont Blanc par Thierry et Jean François. Emotions, moments de convivialité, nous avons tous vécu une grande semaine.
Merci à Thierry, Jean François, Guy, Jacques et Laurent. Bravo.

Album Photo

Videos de l’Ascension du Mont Blanc

Trois journées de préparation

Brève vidéo, le baudrier : Merci François !

Ecole de Glace au Glacier du Tour sous le Refuge Albert 1°

Ascension de la Petite Fourche et Traversée du Col Blanc jusqu’à la Cabane de Trient

Ascension de l’Aiguille du Tour

Trois journées pour l’ascension du Mont Blanc

Montée au Refuge de Tête Rousse

Montée au Refuge du Gouter

Ascension du Mont Blanc depuis le refuge du Gouter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.