Selvaggio Blu avec Alpes Aventure

Trek Selvaggio Blu en Sardaigne, 12 au 19 mai 2018

Classé dans : Selvaggio Blu | 0

Selvaggio Blu

Le Selvaggio Blu est un sentier qui longe les falaises marines du Supramonte de Baunei. C’est aussi un peu plus que cela : des passages techniques et engagés qui demandent l’usage de la corde, des bivouacs sous tente dans les calanques ou sur le plateau. Egalement l’ambiance sarde avec les rencontres, la végétation, les bergeries. Le Selvaggio Blu nous transporté bien au delà de la seule marche itinérante cette semaine !

Le sentier Selvaggio Blu

Notre parcours de la semaine reprends le tracé original qui est très technique. Nous avons réussit à suivre le sentier sans concessions grâce au bon niveau du groupe et aux conditions météorologiques clémentes, sans grosses pluies et par des températures tout à fait raisonnables.

Le Supramonte de Baunei

C’est un vaste plateau calcaire qui s’étend de Santa Maria Navarrese au sud, à Cala Luna au nord. Découpé par des années d’érosion, les falaises de calcaires du plateau tombent dans la mer, et reposent sur un socle granitique et métamorphique. Peu d’eau sur le calcaire et de nombreuses sources à la base en bord de mer en limite du calcaire. Parfois des sources sous marines, l’eau potable reste un défi à relever sur le Selvaggio Blu. Nous avons croisé toute la semaine les astuces mises en place par les bergers pour récolter de l’eau, pour eux et pour les animaux d’élevage.

SÉJOUR ASSOCIE

 

Dans cet article Selvaggio Blu

Présentation – Lieu – Trekkeurs – Encadrement -Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéos Selvaggio Blu – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Supramonte de Baunei, Sardaigne, Italie.

Trekkeurs :

  • Gaëlle
  • Aurélie
  • Remy
  • David

Encadrement :

  • Guillaume CHRISTIAN

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Selvaggio Blu. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Samedi 12 mai 2018

Olbia

Nous avons tous rendez vous aujourd’hui à l’aéroport de Olbia. Tout se passe comme prévu, Aurélie et David venus en bateau laissent leur véhicule sur place, Gaëlle et remy venus en avion atterrissent à l’heure. Notre chauffeur nous attend, et nous roulons vers Santa Maria Navarrese. Un arrêt pique nique en route et nous voici à destination.

Santa Maria Navarrese

Petite station balnéaire calme en cette saison, elle nous accueille avec sa plage et son port de plaisance, dans le golfe d’Arbatax. Nous logeons dans un charmant petit hotel et savourons cette première soirée ensemble en terrasse.

Dimanche 13 mai 2018

Pedra Longa

Notre formule de Trek Selvaggio Blu débute devant l’hotel. Nous partons à pied, nos gros sacs restent ici et seront acheminés chaque jour un peu plus loin au bivouac, où nous retrouvons aussi la petite équipe d’intendance, pour un repas sous les étoiles. Bivouac au programme pour chaque soir, sous tente.
Le chemin est bon et confortable, ce premier tronçon est une mise en route esthétique face à l’aiguille de Pedra Longa, ou nous faisons la première pause.

Cengia di Punta Giradili

Le sentier traverse face à la Punta Giradili, raide et élancée. Nous repérons la vire qui permet de monter vers le plateau sous sa paroi sud-ouest. Avant nous faisons une pause à la « plage » avec de curieuses sources dues à la géologie du secteur, puis nous prenons le repas sous un caroubier imposant, à l’ombre. Puis c’est le moment de remonter la vire (cengia) de la Punta Giradili, astucieux passage vers l’Ovile Us Piggius.

Ovile Su Idileddu

Il est ensuite rapide de gagner l’Ovile Su Idileddu où nous allons passer la nuit. Roberto, guide sarde, nous y attend, surveillant le feu dans la bergerie qui va cuire notre repas du soir.

Nos tentes sont montées pour la nuit, amenées et fournies par nos amis sardes, avec les tapis de sol. Nous retrouvons nos vêtements propres et des jerrycans d’eau chaude pour une petite toilette.

Au menu ce soir chevreau, que nous dégusterons après l’aperitivo au vin rouge de Dorgali en grignotant les galettes de blé très locales.

Monte Ginnirco

N’oublions pas le Monte Ginnirco, si proche du camp, où nous sommes allés faire un tour avant le repas pour admirer le panorama et se préparer doucement aux manoeuvres de corde des prochains jours.

Lundi 14 mai 2018

Ovile Sa Enna e S’Orgiola

Le départ se fait vers 8 heures 30. Il faut anticiper, car il faut remonter le camp, ranger les bagages qui vont être transportés à la prochaine étape. Lever vers 6 heures 30, petit déjeuner à 7 heures 30, départ un peu avant 8 heures 30.
Aujourd’hui Mariano, berger sarde et accompagnateur, fait le chemin avec nous. Il va nous apporter toute sa connaissance du terrain et des traditions du Supramonte. A la première ovile rencontrée, qui est une bergerie, nous comprenons la vie des bergers partagée entre un métier au pied des montagnes et le métier de berger. Ici ils ont construit une bergerie récente avec leur savoir faire de maçon, le batiment n’a plus du tout l’aspect des bergeries traditionnelles.

Bacu Tenadili

Après les belvédères dominant la mer, nous traversons le Bacu Tenadilli après une bonne averse. Le rocher glisse dans la descente d’un couloir et nous sortons la corde pour poser une main courante. Quelques troncs de genévrier permettent de franchir un mur lisse, avant de remonter le versant opposé du vallon, où après un premier pas d’escalade il va falloir installer une main courante pour s’assurer. Le Selvaggio Blu est loin d’être un sentier classique ! 60 mètres d’escalade facile qui conduisent à un beau caroubier, ou nous faisons la pause repas de la journée.

Vasca di Gioltine

Plus loin, nous croisons des dalles de rochers aménagées sur lesquelles les bergers recueillent l’eau dans des vasques pour permettent aux vaches de boire. Vaches, chèvres et cochons se partagent l’espace. Les brebis sont souvent plus bas.

Portu Pedrosu

Portu Pedrosu n’est pas en vue quand nous commençons déjà à ramasser du bois pour le feu de ce soir. Chacun porte peu mais au final cela fait beaucoup.

Il faut descendre une dernière zone raide et rocheuse pour arriver dans la calanque de Portu Pedrosu, minuscule et magique, ou nous allons coucher sous un couver d’arbres ce soir. Menu, daurade au sel, grillées au feu de bois bien sûr ! Belle soirée partagée avec un groupe italien encadré par Antonio Cabras, guide local qui nous fournit le service d’intendance pour nos bagages et notre nourriture. Et ce soir, c’est « barzaletta » !

Mardi 15 mai 2018

Portu Cuau

Ce matin rapidement nous trouvons une seconde calanque, Portu Cuau. Ici comme dans beaucoup de calanques, des bateaux venus de Toscane venaient charger le charbon de bois conçus dans le supramonte sur la fameuse « Carbonaia » et transporté vers la mer par les ânes grâce aux nombreuses mulatiera.

Ovile Feinos Trainos

Le sentier poursuit son cours, avec comme toujours quelques pointes difficulté comme quelques descente demandant un peu d’escalade, des itinéraires difficiles à trouver avec une lecture de terrain délicate pour ne pas se perdre.

Nous trouvons dans ce labyrinthe une belle voile où il fait bon se restaurer dans le sous bois, avant d commencer la chaude montée de la Serra d’Argus après les magnifiques balcons au dessus des falaises.

Ovile Su Runcu e Su Presu

La montée terminée nous tombons sur un nouvelle ovile cachée derrière des rochers. On devine dessous le vallon qui conduit à Cala Goloritze. Pour l’heure il faut trouver après quelques hésitations le bon sentier pour continuer.

Punta et Ovile Salinas

Nous restons sur l’arête c’est finalement le plus simple et le plus beau, jusqu’à la Punta Salinas. Panorama époustouflant au dessus de l’aiguille et de la Cala Goloritze. C’est ici qu’il faut manger ! La pause s’impose donc.
Nous continuons par une petite variante qui permet de passer par l’Ovile Salinas sur une terrasse sous un surplomb que l’on franchit sur un tronc posé au dessus du vide. Le tronc bouge de manière inquiétante et il est préférable de mettre une corde pour s’assurer !

Cala Goloritze

Nous descendons ensuite dans un beau bois de vieux chênes verts, monumentaux, vers le fond de la vallée qui nous permet de rejoindre la plage aux eaux turquoises de Cala Goloritze.
Nous n’y restons guère longtemps car il faut remonter sur le plateau. En effet de nombreux groupes couchent ici ce soir et demain cela va être dur dans l’Intaglio di Boladina. Et il est maintenant interdit d coucher sur la plage, il faut donc porter les bagages et la nourriture en amont ce qui est plutôt difficile.

Intaglio di Boladina

Ce passage, cette entaille, est un couloir qui raye la falaise au dessus de Cala Goloritze. Antonio Cabras, est ici avec son groupe assez conséquent (10 personnes) et nous attendons au pied du passage pendant une heure. Le temps de se restaurer nous franchissons le passage étroit qui mène au couloir, où il faut faire grandement attention aux chutes de pierres. La sortie du couloir se faire par un tronc de genévrier posé sur le surplomb, et nous enlevons la corde.

Il faut encore monter une heure au fond du vallon pour franchir la crête et voir la fumée du feu du campement dont nous sentions l’odeur depuis 30 minutes au moins !

Su Tesaru

Le campement se fait dans un petit vallon sous des arbres, et le porc qui grille autour du feu va nous régaler pour une soirée encore animée avec Antonio, Roberto et nos amis italiens ! De quoi terminer cette longue et belle journée sur le Selvaggio Blu, avec pas loin de 1550 mètres de dénivelée à la montée, 1100 mètres à la descente et 7:00 de marche, sans compter les pauses, dans un terrain pour le moins délicat.

Mercredi 16 mai 2018

Ovile Su Tesaru

Départ pour l’une des plus longues étapes du Selvaggio Blu. Cela débute tranquillement par un arrêt à l’Ovile Su Tesaru, de toute beauté, et ses anecdotes croustillantes. Entre la porte de la cabine du bateau échoué à Portu Cuau et l’énigme de la mort de Antonio, Roberto, qui nous accompagne aujourd’hui, nous a régalé dés le matin !

Serra Lattone

La journée se poursuit sur la longue crête aérienne de Serra Lattone, avec un arrêt pour surplomber la Cala Mariolu et ses autres anecdotes toscanes contées à nouveau par Roberto.

Punta Mudaloru

A la Punta Mudaloru nous sortons la corde. Un premier rappel peu raide de 20 mètres où nous retrouvons Antonio et son groupe italien, conduit a un éboulis puis un éperon pour le second rappel, de 25 mètres, légèrement surplombant. Suit une grande grotte, magnifique et une vire délicate où il faut progresser à 4 pattes pour dépasser la Punta Mudaloru et trouver le Bacu éponyme.

Cala Mudaloru

La mer est toute proche et nous descendons à la calanque pour un repas au bord d’une eau turquoise. L’endroit est tout à fait irréel.

Arco Su Feilau

Le sentier repars à travers de raides bois et franchir un curieux trou de petite taille, avant de croiser une magnifique grotte dans laquelle nous entrons. Puis un premier rappel de 20 mètres précède 10 minutes de marche jusqu’à un second rappel succédant à 5 mètres d’escalade. Et nous voici à Arco Su Feilau, un superbe endroit avec un trou dans l’éperon qui descend du plateau, que nous franchissons pour trouver le dernier rappel de 15 mètres.

Bacu Su Padente

Variante ! Nous arrivons dans le Bacu su Padente, et avec les conseils de Antonio, nous ne remontons pas mais au contraire descendons vers la mer pour gagner une chaine au dessus de l’eau. 30 mètres de rappel en dévers sans toucher la paroi, voilà des émotions !

Ololbizzi

Il faut ensuite remonter le vallon, nous retrouvons la trace du Selvaggio Blu et arrivons 10 heures après notre départ au campement de Ololbizzi, sous de grands chênes verts pour déguster le veau grillé. Et encore bien nous amuser avec les italiens !

Jeudi 17 mai 2018

Ovile Piddi

Nous partons pour la dernière grosse étape du sentier Selvaggio Blu, avec la compagnie de Roberto, à nouveau. La première étape est l’Ovile Piddi, où nous laissons les sacs pour aller profiter du panorama à petite distance au dessus de Cala Biriala.

Sa Nurca

Le sentier repart vers le bas, et traverse un micro canyon dans une large fissure de rocher où les bergers capturaient les chèvres sauvages. Passage improbable ! C’est peu de temps après que se trouvent les deux rappels principaux du Selvaggio Blu, avec un premier raide mur de 30 mètres à franchir. Après quelques mètres sur une vire, il faut à nouveau jeter la corde dans le vide et s’offrir un rappel de 50 mètres avec plus de 40 mètres en fil d’araignée, c’est à dire dans le vide total sans que les pieds ne touchent la paroi.

Les bois de Biriola et Orronorro

Ces deux rappels donnent accès aux bois de Biriala et Orrnorro, qui regagnent de la vigueur après avoir été dévastés par les coupes pour le charbon de bois. Les souches reprennent au pied et peu à peu les arbres grandissent. Seuls quelques rochers coupent les jonctions, avec un très beau passage de sentier de mulatiera avec des murs de soutenenement extraordinaires, et une grande grotte où nous prenons le repas.

La chaine

Un passage rocheux termine la traversée des bois après avoir traversée les rochers dispersés d’un grand éboulement de 2016. Le passage rocheux, haut et raide, est équipé due chaine pouvant rappeler une via ferrata. Au sommet nous retrouvons le sentier pour de courtes minutes.

Les rappels de Cala Sisine

Assez rapidement nous arrivons aux rappels de Cala Sisine. Le premiers est encore raide et haut (40 mètres), le second est plus modeste (15 mètres). Il n’est qu’à 15 minutes de la plage de Cala Sisine. Il faut rester concentré jusqu’au bout !

Cala Sisine

Pause sur la plage avant de gagner le restaurant Su Coile à 5 minutes de la mer. Nous campons dans l’espace boisé et herbacé autour du restaurant, et après une bonne bière fraiche c’est enfin la première douche du trek après les jerrycans d’eauu chaude apportés chaque soir par l’équipe d’intendance. Roberto nous quitte avec le groupe de Antonio qui rentre à Golgo, et la soirée se termine par un repas assis sur une chaise, avec pâtes aux fruits de mer et friture mixte : nous sommes au bord de la mer !

Vendredi 18 mai 2018

Ovile Su Irove Longu

La dernière étape de notre Selvaggio Blu nous permet de retrouver le monde après cette semaine hors du temps. Nous partons vers Cala Luna, avec un premier arrêt sur un belvédère pour contempler la mer, les falaises. Nous admirons une dernière fois Cala Sisine.

Le sentier est bon, bien meilleur que les jours passés. Seule la chaleur nous perturbe dans cette belle montée vers une bergerie abandonnée entourée de fleurs.

Arco di Lupiru

Nous retrouvons ensuite rapidement un bon sentier muletier, qui lentement, de plateaux en arêtes et de vallons en coteaux descend vers Cala Luna. Un pause s’impose à l’Arc di Lupiru, car « y’a rien là » ?

Cala Luna

Pause à Cala Luna, avec tout d’abord au restaurant pour un apérol spritz, il faut bien ça,. Puis une assiette de pâtes avant le petit café traditionnel vient compléter.

Malgré la température de l’eau plutôt fraiche c’est baignade dans les eaux turquoises de Cala Luna, un lieu vraiment paradisiaque.

Retour en bateau

Le bateau semi rigide nous attend à 15 heures et nous retournons vers Sant Maria Navarrese en longeant les falaises que nous avons parcourues. Nous retrouvons tout ces passages qui ont fait le charme de ce trek incroyable.

Samedi 18 mai 2018

Après un dernier petit déjeuner à l’Albergo Santa Maria, sous les bougainvilliers, le taxi nous emmène à Olbia où nous retrouvons tous notre moyen de transport de l’aller. Nous nous quittons après cette superbe semaine. Bravo à la Sardaigne pour son accueil. Bravo à la superbe équipe qui nous a accueilli sur le Selvaggio Blu à chaque bivouac et son intendance. Et surtout bravo à Gaëlle, Aurélie, Remy et David pour leur participation à ce trek dans la bonne humeur, et avec une forme digne du niveau de la traversée.

Album Photo

Videos Selvaggio Blu

Des vidéos dans lesquelles on retrouve souvent les classiques du Selvaggio Blu : le bivouac, la marche en terrain délicat, les soirées autour du feu. Classiques mais forts et incontournables, donc comment ne pas inclure ces incontournables dans les vidéos ?

Etape 1 : Santa Maria Navarrese – Ovile Su Idileddu

Etape 2 : Ovile Su Idileddu – Portu Pedrosu

Etape 3 : Portu Pedrosu – Su Tesaru

Etape 4 : Su Tesaru – Ololbizzi

Etape 5 : Olobizzi – Cala Sisine

Etape 6 : Cala Sisine – Cala Luna

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.