Ski de Randonnée, les Glaciers de la Vanoise, 15 au 21 avril 2017

Ski de Randonnée, les Glaciers de la Vanoise, 15 au 21 avril 2017

Classé dans : Ski de Randonnée | 4

Les Glaciers de la Vanoise

Les Glaciers de la Vanoise sont un vaste ensemble de Dômes à plus de 3000 mètres d’altitude. Les distances y sont grandes et les étapes sont donc souvent longues. Elles sont également parfois techniques. Car malgré l’appellation « Dômes », il faut pour traverser les glaciers de la Vanoise franchir parfois des pentes raides. L’usage des crampons est courant dés que la neige est dure, ce qui fut le cas au printemps sur notre traversée. Les Glaciers de la Vanoise demandent également un bon niveau de ski, et c’est un raid très intéressant, magnifique. Sensation de balcon sur les Alpes, avec une situation centrale. Cela génère des panorama magnifiques, du Mont Blanc aux Ecrins en passant par le Viso et le Grand Paradis. Nous avons eu la chance d’avoir une fin de semaine au temps magnifique, très clair. Grâce aux températures glaciales et et au fort vent qui avaient nettoyé le ciel.

Des conditions pas faciles donc, mais quelle satisfaction !

Enfin , les glaciers de la Vanoise sont bordées au nord par le massif de la Grande Casse, et ce raid s’est terminé par une étape somptueuse qui passe au pied de la face nord de cette montagne. La boucle est bouclée ou presque, de Pralognan à Champagny, avec une petite jonction taxi.

SÉJOUR ASSOCIE

 

Dans cet article Ski de randonnée les Glaciers de la Vanoise

Présentation – Lieu – Skieurs – Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéo Glaciers de la Vanoise – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Massif et Parc National de la Vanoise, Savoie, France.

Skieurs :

  • Aurélie
  • Michel
  • Vincent
  • Sylvain
  • Pierre

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Ski de randonnée Glaciers de la Vanoise. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Samedi 15 avril 2017

Le rendez vous se fait à Pralognan la Vanoise en cours d’après midi. Aujourd’hui nous montons au refuge du Roc de la Peche, après avoir chacun vérifié son sac et récupéré du matériel pour la semaine en fonction des besoins. La montée se fait pour une partie à pied, skis sur le sac, à partir du Pont de Gélon, car l’enneigement coté nord de la Vanoise est moyen cette année. Il sera nettement meilleur coté Maurienne grâce aux retours d’est venus d’Italie.

Pour l’heure, nous chaussons tout de même les skis pour terminer la montée en peaux de phoque et rejoindre le confortable refuge du Roc de la Pêche.

Dimanche 16 avril 2017

Col du Genepy

Ce matin le temps est moyen, mais le regel est bon malgré les nuages. Il ne fait pas très chaud, quelques flocons sont tombés à 1900 m. Nous montons en direction du Col du Genepy pour le faire en boucle. C’est une première journée de mise en forme autour du refuge du Roc de la Peche, avec sac légers. Les chamois nous regardent passer sans trop se paniquer….

Quelques éclaircies nous laissent penser que la neige pourrait fondre un peu pour s’adoucir, mais le froid est le plus fort : la neige sera dure. Le début de la descente se fait même dans un épais brouillard avant que le soleil glacial ne nous illumine.

Paysage magnifique dans ce beau vallon de Rosoire, nous oublions un peu la neige durcie et la journée reste très agréable.

Refuge du Roc de la Peche

Nous profitons de l’après midi au confortable refuge du Roc de la Peche pour réviser la technique du mouflage sur glacier en cas de chute dans une crevasse. Instructif !

Lundi 17 avril 2017

Col d’Aussois

Pour le début de notre traversée après la journée d’hier au col du génépi, nous traversons le Col d’Aussois.  Ce col traverse vers la Maurienne et nous fait quitter  la Tarentaise.
Le temps est magnifique bien que toujours très froid. Au cours de la matinée le vent se lève intensifiant cette sensation.

La montée est tranquille et se passe toutefois bien malgré la température. Au col à 2914 m. un petit vent frais nous accueille et nous ne restons guère !

Pointe de l’Observatoire

Le grand beau temps nous invite à monter à la Pointe de l’Observatoire à 3016 m, toute proche. Coté Sud Est il fait bien chaud et la neige transforme un peu. Quelques mètres à pied dans les rochers et nous voici au sommet, impatients de gouter à cette belle descente !

Refuge de la Dent Parachée

Nous commençons donc la descente dans une neige bien transformée et revenue au soleil. Mais très vite, au niveau du col, un vent froid nous rattrape. Il ne nous quitte pas jusqu’au refuge de la Dent Parachée. La descente n’est donc pas très agréable sur cette neige dure malgré le soleil, et nous faisons des efforts pour trouver de petits secteurs abrités et bien revenus !

L’avantage est que la remontée de 45 minutes au refuge de la Dent Parachée se fait au frais et nous ne transpirons guère !

Mardi 18 avril 2017

Le Col de Labby

A ne pas confondre avec le Col du Moine, le Col de Labby, 3324 m, nous réserve une journée pas facile ! Le froid a passé la vitesse supérieure avec l’intensité du vent. Nous partons bien habillés, masque sur le nez avec la neige qui fouette. De rares passages abrités au soleil et sans vent nous réchauffent, mais l’ambiance est plutôt polaire. Les nuages sont même de la partie et parfois la vue se réduit à sa plus simple expression. Neige dure, froid et grand vent nous incitent donc à finir l’ascension en crampons jusqu’au col de Labby, dans la dernière pente raide. Un rebelle éclaircie, de courte durée, nous permet au col de profiter de la vue sur la face nord ouest de la Dent Parachée.

Le Glacier de la Mahure

Le nuage se reforme vite, et nous descendons rapidement avec le plafond qui descend et tente de nous rattraper. Il est quand même plus agréable de skier avec de la visibilité !

Le vent a ramené de petites bandes de neige lisse et douce, le jeu consiste donc à y godiller serré, passant de l’une à l’autre, pour glisser tranquillement. Ailleurs c’est la secouée sur neige dure ! Descente magnifique de ce glacier de la Mahure dans un paysage impressionnant, au pied de la Dent Parachée.
Une petite remontée en peaux de phoque permet de franchir l’échine qui sépare la Mahure de l’Arpont.

Refuge de l’Arpont.

Nous traversons sous le glacier de l’Arpont en passant au lac du même nom, avant de descendre directement sur le refuge de l’Arpont, dans un concert de rails taillés par les skis de nos prédécesseurs des jours plus chauds, durcis par le gel et très inconfortables. Mais où sont passées les neiges d’antan, cette neige de printemps qui fonds doucement au soleil si douce à skier que nous appelons moquette ? Il est 13 heures et nous portons encore la doudoune tant il fait froid lorsque nous arrivons au refuge de l’Arpont sous les Glaciers de la Vanoise.

Mercredi 19 avril 2017

Le Dome de l’Arpont

Le confortable refuge de l’Arpont, ses gardiens Valerie et René et leur copain Roger amateur de « Crocs », invitent à rester deux nuits sur le lieu. Nous allons donc aujourd’hui au Dome de l’Arpont qui est le plus haut Dome des Glaciers de la Vanoise.
C’est toujours un belvédère exceptionnel, centré sur les Alpes françaises, et tous les sommets sont à porté de main : Le massif des Ecrins est là, les Grandes Rousses avec l’Etendard, la Lauziere, La Grande Casse, le Mont Pourri, le Mont Blanc, le Grand Paradis et la Haute Maurienne avec l’Albaron. Devant nous la Dent Parachée masque le Mont Viso qu’il est possible de voir plus bas dans la descente.

Comme toujours cette semaine, il ne fait pas chaud, -17°C au refuge ce matin en partant, et nous ne pique niquons pas, préférant rejoindre le refuge de l’Arpont après une descente très belle malgré la neige. Une superbe descente sur un beau glacier peu crevassé mais qui demande de la vigilance quant à l’itinéraire pour rester dans les zones sures.

Jeudi 20 avril 2017

Col du Dard

Journée de traversée, très belle étape avec assez peu de ski au départ, pour cette traversée des glaciers de la Vanoise en altitude, pendant laquelle la sensation d’être en balcon est réelle.

Après la raide pente qui domine le refuge, nous prenons pied sur l’altiplano du lac de Chasseforêt que nous longeons. C’est une grand promenade quasiment horizontale sous les grand Glaciers de la Vanoise qui débordent du Dome de Cahsseforêt en séracs étincelants dans ce soleil du matin. Et bonheur, hier soir il a neigé un peu plus de 5 cm d’une neige froide et légère qui fait un tapis doux sous les skis. Une courte descente pour rejoindre la base du Glacier du Pelve nous fait apprécier la nouvelle donne, et nous rends impatients de descendre sur le col de la Vanoise pour prolonger le plaisir.

Après un petit pique nique, nous remontons le Glacier du Pelve jusqu’au col éponyme, puis le raidillon sous la pointe ouest du Pelve jusqu’au col du Dard, 3100 m environ.  La descente peut commencer.

Refuge du Col de la Vanoise

Mais cette neige un peu roulée par le vent, très froide, ne glisse guère. Le glacier de la Roche Ferran jusque sous la Pointe de la Réchasse n’est pas bien raide, et cela ne glisse pas !

Il faut attendre le glacier de la Réchasse pour trouver un peu de pente, puis la franche descente sur la Col de la Vanoise, pour enchainer les virages et profiter de cette petite chute de neige providentielle. Excellent !

Le paysage est exceptionnel ce qui ne gâche rien, face à la Grande Casse, 3855 m, point culminant du massif de la Vanoise. Ce refuge du Col de la Vanoise est idéalement situé à 2516 m.

Vendredi 21 avril 2017

Col de la Grande Casse

Encore tempête de ciel bleu ce matin. Très bien pour cette dernière étape qui demande de la visibilité pour la sécurité, et qui mérite  cet horizon libéré tant elle est belle !

Nous remontons un glacial vallon où se niche le petit glacier de la Grande Casse au pied de la raide face sud-est de la Pointe de la petite Gliere. Plus confortable que les conversions enchainées en couteaux, nous chaussons les crampons pour finir les dernières 15 minutes qui débouchent au col de la Grande Casse, et au soleil ! Quelle vue, jusqu’au Grand Paradis, au pied de ces parois rocheuses de l’Epena et glaciers de la face nord de la Grande Casse, dans laquelle sont engagées quelques cordées dans l’itinéraire dit de « la petite face nord ».

Glacier de Rosolin

L’itinéraire passe désormais en traversée sous la face nord de la Grande Casse, pour éviter les séracs du Glaciers de Rosolin qui plongent dans le glacier de l’Epena. Quelques séracs juchés dans la face nord de la Grande Casse nous dominent, et une stèle commémorative au col de la Grande Casse nous rappelle qui ne faut pas stationner dessous trop longtemps. Nous passons donc au large et rapidement. Nous quittons le glacier de Rosolin vers 2800 m pour longer par les moraines le glacier de l’Epena, dans une magnifique descente soutenue sur le refuge de la Gliere.

La neige se fait alors bien rare, les plus joueurs chaussent et déchaussent sur la route du refuge de la Glière, les autres portent les skis, et après un petit pique nique et environ une heure de marche nous arrivons au hameau de Laisonnay où le taxi nous attend pour le retour à Pralognan et au Pont de Gélon.

Un raid magnifique, avec du beau temps pour les étapes clés. Des jonctions plutôt longues pour une traversée exigeante physiquement, pendant laquelle nous avons souvent mis les crampons. Bravo à l’équipe pour son efficacité !

Album Photo

Videos Ski de Randonnée Glaciers de la Vanoise

Un raid réussi dans le Parc National de la Vanoise

4 Responses

  1. merci pour la raid guillaume ,
    magnifique surtout le final autour de la grande casse!
    bon, la répartition temporelle des images montée/descente dans la vidéo ne reflete pas tout a fait la réalité….

    • Guillaume CHRISTIAN

      Merci Pierre; dans notre esprit les moments de descente restent majeurs non (en général !) ? Et donc… 😉

  2. 15 jours après que c’est bon de se retremper dans l’hiver et une rando presque sans faute de gout ( surtout quand on gomme le jour de grand vent au col de laby et de brouillard au col du genepy!)
    Quel péché pour moi d’avoir attendu aussi longtemps pour skier en vanoise!
    il ya bien une vie à ski après notre travers&e des alpes
    A suivre l’an prochain tour du Viso?

    • Guillaume CHRISTIAN

      « Il y a d’autres Annapurna dans la vie des hommes »….en toute modestie ! La montagne n’a pas fini d’exercer notre soif de découverte; et pourquoi pas au Mont Viso, le roi de pierre (ou Pierre…tiens ?).

Laissez un commentaire