Ski de Randonnée Ortles, 25 mars au 2 avril 2017

Ski de Randonnée Ortles, 25 mars au 2 avril 2017

Classé dans : Ski de Randonnée | 0

Le massif de l’Ortlés

Le massif de l’Ortles, entre Lombardie et Trentino-Alto Adige (Süd Tirol), en Italie, est un ensemble glaciaire élevé qui culmine à 3905 m au sommet de l’Ortles (appelé aussi Ortler en Allemand). Le point culminant est un peu en marge du massif et des zones skiables, et si il est fait abstraction du Gran Zebru (3851m) qui est raide à skier, la plupart de hauts sommets sont facilement accessibles, avec parfois un peu de crampons à chausser.

Les refuges font de ce séjour de Ski de Randonnée Ortles un régal : confort assuré, accueil chaleureux, vous les parrecierez si le mauvais temps vient se mêler de la partie !

Les raids à skis Alpes Aventure : SÉJOURS ASSOCIES

 

Dans cet article Ski de Randonnée Ortles

Présentation – Lieu – Skieurs – Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéos Ski de Randonnée Ortles- Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Massif de l’Ortles, Lombardie, Trentino-Alto Adige, Italie.

Skieurs :

  • Chantal
  • Patrick
  • Françoise
  • Etienne
  • Sylvie
  • Philippe

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Ski de Randonnée Ortles. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Samedi 25 mars 2017

Déplacement vers la Valfurva aujourd’hui, nous nous retrouvons peu après Bormio à l’entrée de la vallée. Cela commence par un accueil sympathique dans un petit hotel où nous ne mourrons pas de faim ! Le plein d’énergie avant demain, sous un radieux soleil.

Dimanche 26 mars 2017

Refuge Branca

Première montée en refuge ce matin, ciel clair, bon regel, la montée se passe bien jusqu’au refuge Branca 2487 m.

Cima Branca

Nous avons posé nos affaires au refuge Branca. Pour l’après midi nous optons pour la Cima Branca au dessus du refuge, antécime du Monte Pasquale. Idéal, et bonne neige de printemps !

Lundi 27 mars 2017

Monte Pasquale

Aujourd’hui traversée du Monte Pasquale. La montée d’abord paisible devient bien raide sur la fin et il faut bien maitriser la conversion ! En cette année bien sèche la fin est même fort raide. L’accès au sommet par l’arête demande la plus grande prudence avec de la glace vive à ne pas sous-estimer; mais au sommet quelle vue pour un premier grand sommet cette semaine !

La descente, encore du fait du manque de neige, demande de rejoindre le vrai col en suivant une courte arête de rochers à l’aide de la corde, puis d franchir en traversée un petit plaque de glace pour rejoindre le glacier. Le reste de la descente n’est que pur bonheur !

Refuge Pizzini – Fratola

L’arrivée au refuge, soleil au zénith, nous dépose en terrasse (pieds dans la neige…) devant un Apfelsaft à l’eau gazeuse. Régal. Et le confort du refuge n’a pas fini de nous étonner ! Petites chambres avec sanitaire privés, repas excellent est service très local. Bravo.

Mardi 28 mars 2017

Le passo Zebru Sud

Nous avions prévu un tour vers le Gran Zebru mais le peu d’enneigement nous contraint à changer les plans. Nous allons chercher la neige poudreuse vers les versants nord en passant le Passo Zebru Sud.
Sur l’autre versant nous trouvons de la belle neige froide, agréable à skier, et nous ne résistons pas à refaire une montée sous les Cime di Forni pour refaire une deuxième descente !

Avec une belle gamelle pour Etienne !

Ski cassé

Nous repartons pour franchir le Paso Zebru nord. Etienne trouve deux carres cassées sur un ski au moment de coller les peaux. Sous la fixation le ski est décollé, nous avons encore de la chance que le ski ne soit pas brisé. La gamelle a été fatale. Il va falloir skier tout doux et envisager une solution.

Il y a encore du beau ski à faire pour retrouver le refuge, en neige transformée cette fois, et encore de bons moments !

Santa Caterina Valfurva

pas de ski disponible au refuge, il va falloir aller « à la ville » louer une nouvelle paire ! La descente de Pizzini à Forni n’est pas exceptionnelle mais l’heure n’est pas au bon ski, il faut surtout éviter de casser définitivement le ski. Un rapide saut à Santa Ctareina Valfurva pour changer de monture et nous reprenons le chemin du refuge sous une douce chaleur pour arriver juste avant le repas après une bonne journée à 1700 mètres de montée. Douche, Pasta et au lit !

Mercredi 29 mars 2017

Sulden Spitze / Cima di Solda

Une grosse étape aujourd’hui est au programme, plus par la distance que par l’ampleur de montée.

Nous partons du refuge Pizzini vers le refuge Casati qui se trouve sur la frange du vaste plateau glaciaire qui s’étends au pied du Cevedale versant nord, en direction de la Pointe de Gulden et de l’EisseeSpitze. Nous changeons de région pour passer de la Lombardie au Sûd Tirol ou Alto Adige.

Nous rejoignons la Sulden Spitze que les italiens nomment Cima di Solda, à 3376 m. Le versant nord est très parcouru mais la neige est très bonne, et nous rejoignons la station intermédiaire du domaine skiable de Gulden, vers la SchaubachHütte (2581 m). Un ticket randonneur et deux télésièges plus loin nous voici au Madritscjoch.

Madritschjoch

Ce col donne accès à la MadritschTal jusqu’au refuge Nino Corsi aussi appelé ZufallHütte. La vallée est longue, de pente modérée, et nous avons la chance d’y trouver une neige transformée agréable qui a tapissé le fond du vallon. Car, c’est surprenant, il y a encore moins de neige cette année au nord du massif alors que l’on pouvait penser que le mauvais temps du nord en provenance de l’Autriche aurais pu arroser ce secteur.

A l’arrivée au refuge une traversée en dérapage coté nord donne accès à un petit chemin glacé pour terminer, et malheureusement c’est ici que Chantal tombe sur la neige durcie. Nous rejoignons le refuge tout proche et décidons de faire une évacuation en hélico. Chantal et Patrick nous quittent donc prématurément, et le diagnostic tombe rapidement dans l’après-midi par SMS depuis l’hôpital de Schlanders tout proche : fracture de la tête humérale. 4 semaines d’immobilisation. Nous allons faire beaucoup de virages pour Chantal et Patrick dans les jours à venir !

Jeudi 30 mars 2017

EisseeSpitze / Punta del Lago Gelato

Le départ du refuge est peu enneigé, il y a un passage entre les rochers qui serpente en neige très dure au pied d’une petite cascade de glace. C’est en crampons et skis sur le sac que nous franchissons ce verrou.
Au dessus il n’y a encore que peu de neige, et nous chaussons les ski au niveau d’une digue pour remonter la longue vallée du …Langerferner, le glacier bien nommé !

Heureusement le paysage est magnifique, et le panorama du sommet de la Eisseespitze est superbe, face aux faces nord du Gran Zebru, Monte Zebru et Ortles qui s’épanchent en séracs menaçants jusqu’aux alpages de Sulden.

Rifugio Casati

Après une belle mais courte descente, car c’est vraiment une journée de transition plutôt en montée, nous retrouvons le refuge Casati approché la veille.
Malgré sa situation en altitude et son allure peu reluisante de l’extérieur, le refuge est confortable et accueillant. Nous allons y passer une bonne nuit avant le départ pour le point culminant du massif, le Monte Cevedale.

Vendredi 31 mars 2017

Monte Cevedale

C’est parti ce matin pour le Monte Cevedale qui domine de seulement deux metres, à 3769 m., la Cima Cevedale au Nord est, appelée aussi Cima Cevedale. L’avantage de partir de ce refuge Casati, c’est d’être bien seuls sur ce grand glacier ce matin au lever du soleil ! Bien sûr il aura fallut dormir à 3254 m.

Il n’y a pas beaucoup de neige cette année dans le massif de l’ortles, c’est sûr, et la montée au sommet du Monte Cevedale demande de porter les skis, crampons aux pieds, et même de zigzaguer entre deux plaques de glace vive.
Au sommet quelle récompense, seuls face à la croix et aux Alpes qui s’offrent à nous : Bernini, Silvretta, Piz Kesch, Zebru, Ortles, Otztal, Dolomites, Brenta, Adamello. Le tour d’horizon est parfait, le temps est magnifique !

Palon de la Mare

Le temps est magnifique et nous continuons sur notre projet de traversée Monte Cevedale – Palon de la Mare.

La descente solitaire versant sud du Monte Cevedale est belle, même si il faut un peu chercher notre itinéraire entre les barres de rochers qui bordent le glacier rive droite à cause du manque de neige, et du recul glaciaire !

Nous remettons les peaux vers 3250 m sous le refuge bivouac Colombo, phare rouge au milieu des étendues glacées. Peu après le Col de la Mare, la pente est totalement dégarnie, la glace affleure, et le bal des crampons refait son apparition ! Skis sur le sac, corde au baudrier, nous avançons vers le sommet sans rechausser les skis. l’ultime arête est très belle, bien moins raide et aérienne que pouvais le laisser penser la vue depuis le Monte Cevedale.

Toujours aussi sec sur le versant sud ouest, nous gardons corde et crampons un bon moment avant de chausser les skis. Et de zigzaguer encore entre les crevasses vers 3400 m avant de plonger enfin dans une pente de belle neige lisse et sure, transformée à souhaits.

L’arrivée au refuge Branca se fait dans un revers de moraine exposé aux avalanches et nous sommes pour une fois heureux du faible enneigement, il n’y plus guère de neige au dessus de nous !

Samedi 1° avril 2017

Mauvais temps

Nous sommes habitués au soleil radieux ! Certes il ne fait pas si mauvais ce matin, mais l’ambiance est humide et grisâtre. Nous partons vers la Punta San Matteo, mais rapidement le temps se couvre plus et il devient aléatoire de penser que nous allons faire le sommet. le plafond est bas, et nous espérons une éclaircies, qui parfois seulement pousse le bout de son nez.

Refuge Bivouac Meneghello

A la limite du plafond nuageux, nous trouvons sur l’arête le refuge bivouac Meneghello à 3453 m. C’est le lieus rêve pour un petit séjour à l’abri, et une pause pique nique ! Le temps ne s’améliore pas, et finalement après une heure de pause nous prenons le chemin de la descente pour rejoindre le refuge Branca.

Dimanche 2 avril 2017

Pizzo Tresero 3594 m

Le temps ne s’est guère amélioré, et nous partons dubitatifs vers le Pizzo Tresero avec l’objectif de descendre directement sur Forni par le vallon delle 100 curve (nous dirons toujours les « 1000 virages » car nous sommes optimistes !).

Eclaircies, brouillard, vent, il faut garder le moral. Notre obstination nous conduit à la crête faîtière, à 3500 mètres. Nous ne mettons pas les crampons pour le sommet car le brouillard règne en maitre, et vite fait nous enlevons les peaux de phoque. La descente est quand même assez bonne, et en perdant de l’altitude nous retrouvons la visibilité.

Hélico

Vers 3100 metres, nous trouvons un blessé avec ses amis, qui parle français, groupe de Franche Comté ! Nous aidons un peu à lui procurer du confort que ses amis ont déjà bien amélioré. Deux autres sont descendus au refuge appeler le secours car ici, pas de réseau téléphonique. La personne souffre d’une luxation de l’épaule visiblement.
J’ai un petit poste radio qui me joue des tours, mais après pas mal de navigation dans les menus pour désactiver des options et reprogrammer les fréquences, je contacte le refuge et enclenche le secours héliporté. Nous poursuivons notre descente, mais pas de chance il se met à neiger ! Une averse de 45 minutes qui fera sans doute du mal à notre blessé et interdit tout vol, avant que nous entendions le doux bruit de l’hélico qui rapidement nous survole en direction du glacier alors que nous approchons de Forni.

L’Ortles, un massif vaste et varié, et un bien beau raid ! Merci à toute l’équipe pour avoir suivi ce projet, et bon courage à Chantal pour un prompt rétablissement.

Album Photo

Videos Ski de randonnée Ortles

Un résumé en images de cette belle semaine de ski de randonnée dans le massif de l’Ortlés

Laissez un commentaire