Raid du Tour de l’Albaron, 24 au 30 avril 2022

Guillaume Christian Le 8 mai

Le raid ultime de la Haute Maurienne avec les trois refuges mythiques du lieu : Carro, Evettes et Avérole. Et un arrêt dans chacun d’eux pour deux nuits pour profiter des perles du secteur, nous nous sommes régalés !

Encadrement :

  • Guillaume

    Participants :

  • Claire
  • Christophe
  • Philippe

Massif :

Haute Maurienne

Séjour associé :

Tour de l’Albaron

dimanche, 24 avril 2022 :

Le rendez vous avec l’équipe du raid qui vient de la métropole grenobloise est fixé le matin à 7 heures à Bonneval sur Arc. Nous nous retrouvons autour d’un thermos de thé chaud car les bars sont fermés à cette heure, devant une petite table de camping, c’est assez surréaliste ! Le temps est humide et la neige est tombée dans la nuit. Grâce à cela, la route de l’Ecot, auparavant déneigée, est couverte de 10 centimètres de nouvelle neige et nous allons pouvoir chausser les skis dés le village de Bonneval sur Arc !

La montée débute par un grand plat logement montant, vers l’Ecot puis La Suis. Ici nous montons enfin, avec la chance d pouvoir garder les skis aux pieds grâce à la récente chute de neige. Nous trouvons la chaleur du refuge juste avant la nouvelle petite chute de neige et nous nous réchauffons auprès du poêle.

lundi, 25 avril 2022 :

Ce matin le ciel n’est pas encore très clément. Nous croyons aux éclaircies, mais rien ne vient. Premier col de la journée, le Col des Pariotes. Nous descendons versant ouest pour remonter, dans le brouillard, au Col Perdu.
Bienheureux, le ciel se dégage lorsque nous entamons la descente, et nous sortons peu à peu du brouillard ! Neige excellente, visibilité, c’est bon !
Nous repassons le Col des Pariotes à l’envers et retrouvons le refuge après de beaux virages. Pas mal finalement !

mardi, 26 avril 2022 :

Grosse étape de traversée aujourd’hui. La neige s’est bien tassée hier et le risque d’avalanche dans le Col de Trieves s’est bien atténué. Donc Col des Pariotes, descente versant ouest, remontée du Col de Trieves et sa pente à 40° pour trouver le glacier du Grand Méan. Ici le brouillard ne se lève pas mais s’épaissit au contraire, et nous ne voyons plus les crevasses. La traversée au col du Grand Méan se fera donc encordés.
Versant sud ouest nous ne trouvons pas de meilleure visibilité et nous filons donc directement au refuge des Evettes dans une neige dure, pas moquette du tout avec un jour blanc des plus tenace !
La chaleur du refuge nous accueille et c’est tant mieux. Nous y dormirons seuls ou presque, le refuge ayant clos ses réservations suite à l’installation prévue pour quatre jours d’un camp d’un soixantaine de militaires en entrainement qui couchent dans un village de tentes à 100 mètres du refuge, et qui y mangent le soir. L’occasion de rencontres enrichissantes, et de discussions captivantes !

mercredi, 27 avril 2022 :

Enfin un beau ciel clair et dégagé ce matin. Froid vif, bon regel. Nous remontons le cirque des Evettes et par une raide pente de neige franchie en crampons, nous gagnons le Col Tonini sous la Face Nord de la Grande Ciamarella. Nous descendons coté italien, dans un monde désert et magnifique. Une montagne sans traces, pour nous seuls.
La remontée aux pointes de la Piatou est une fournaise, mais toujours magnifique dans une montagne vierge de traces.
Après la superbe neige du glacier de la Sea en Italie, nous en remettons une couche sous le Col de la Disgrâce, entre poudre dense et neige de printemps. Superbe journée !

jeudi, 28 avril 2022 :

Encore une journée splendide qui se prépare. La météo étant moins optimiste pour la fin de semaine, nous décidons de gravir le sommet de l’Albaron aujourd’hui. Arrivés à la Selle de l’Albaron, il va nous falloir traverser la belle arête sud-est du sommet ! Un parcours aérien, skis sur le sac, crampons aux pieds, qui ajoute un coté très alpin à l’entreprise !
Descente du sommet avec une raide moulinette, et la descente s’engage vers le refuge d’Avérole. Encore de la belle neige, moquette douce, pour finir en zigzagant dans ce qu’il reste de neige entre les bandes d’herbes ceinturant le refuge d’Avérole. Somptueux.

vendredi, 29 avril 2022 :

Il fait toujours beau aujourd’hui, même si l’ambiance est plutôt voilée. Nous entamons encore une belle journée marathon avec 1600 metres de dénivelée au programme. Nous rejoignons le Col d’Arberon pour le franchir et trouver le Glacier du Baounet. Nous remettons les peaux pour atteindre le Col Martelli, où un gypaète nous survole sans un battement d’ailes, passant d’Italie en France au-dessus de nos têtes.

Nous attendons une heure au col que la neige revienne en surface, pour profiter d’une agréable descente. La remontée au Col d’Arberon se fait tranquillement pour ne pas souffrir de la chaleur, et la descente sur le refuge d’Avérole est encore un pur régal de neige de printemps !

samedi, 30 avril 2022 :

Voilà le mauvais temps annoncé. Nous partons vers la Pointe des Audras. Le brouillard prends le dessus, quelques flocons aussi. A plus de 3000 mètres, juste sous le sommet, dans le brouillard complet, nous décidons de redescendre. C’est une descente au ralenti ! Visibilité nulle jusqu’à 2500 mètres environ.

Après un petit passage au refuge d’Avérole, nous retrouvons la vallée, et finissons notre séjour par un délicieux repas dans un excellente adresse de Bonneval sur Arc.

Quel beau raid, technique, physique, complet. Bravo à l’équipe pour la forme et l’enthousiasme !

Toutes les Photos en Haute Définition :

https://photos.app.goo.gl/9qDb5jrrm2WozeXX8

Vidéos :

Url du cloud: double-clic pour ajouter l'URL Mot de passe du cloud: double-clic pour ajouter le passe