Confrérie des 7 Majeurs, David Fournel devient Maitre !

Classé dans : Evenements | 0

Confrérie des 7 Majeurs

La confrérie des 7 Majeurs rassemble les cyclistes (vélo de route) qui ont réalisé l’ascension de 7 grands cols du cyclisme. Ces cols sont situés dans les Alpes du Sud, entre France et Italie. Tous cols hors catégorie, ils ont fait la légende du Tour du France et du Giro d’Italie..

Pour accéder à la Confrérie des 7 Majeurs, il faut les enchainer ces cols mythiques de l’histoire du cyclisme dans un temps bien défini.

Après s’être inscrit sur le site de la Confrérie des 7 Majeurs, plusieurs défis s’offrent au cycliste, ouvrant à trois grades.

Membre de la Confrérie des 7 Majeurs

Faire l’ascension des 7 grands cols mythiques dans la même saison entre juin et octobre. Les cols sont presque tous fermés en période hivernale.

Maitre de la Confrérie des 7 Majeurs

Achever le parcours en boucle en enchainant les 7 cols en moins de 48 heures.

Membre de la Confrérie des 7 Majeurs

Boucler le parcours des 7 cols en moins de 24 heures.

 

Dans cet article Confrérie des 7 Majeurs, David Fournel devient Maitre

Présentation – Le site de la Confrérie des 7 Majeurs – Les 7 Cols de la Confrérie des 7 Majeurs – Le défi de David Fournel – Interview de David Fournel, Maitre de la Confrérie des 7 Majeurs –  Album photo – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Le Site de la Confrérie des 7 Majeurs

http://www.les7majeurs.com

La Confrérie des 7 Majeurs sur Facebook.

Pour tout savoir ! Parcours des 7 Majeurs, règlements, Grand Maitres et Maitres….

Les Cols de la Confrérie des 7 Majeurs :

  • Vars
  • Izoard
  • Agnel
  • Sampeyre
  • Fauniera
  • Lombarde
  • Bonette

 

Le Défi de David Fournel

Le projet de devenir Grand Maitre de la Confrérie des 7 Majeurs

David Fournel est une personne importante chez Alpes Aventure. Membre fondateur de Alpes Aventure, David Fournel en est secrétaire. Il est essentiellement votre relais au « camp de base » du Pays des Ecrins lorsque vous effectuez un séjour Alpes Aventure. De fait, lorsque les professionnels qui encadrent un séjour Alpes Aventure sont sur le terrain, David est votre relais, toujours joignable, en vallée. Il gère les instants de crise si il y en a. Bien sûr, toute l’équipe Alpes Aventure fait tout pour les éviter. Cela va sans dire, mais nous le disons quand même !

Cette année le projet de David Fournel est de devenir Grand Maitre de la Confrérie des 7 Majeurs. Une tentative est prévue avec un de ses amis en septembre, à deux, avec assistance.

Se sentant prêt pour enchainer les 7 cols, mais seuls et dépourvu d’assistance, il a décidé en fin juillet 2016 de faire une reconnaissance sur 48 heures des cols. Il ne connaissait pas tous ces cols, tentant donc ainsi de devenir Membre.

La tentative de Juillet 2016

Le samedi 30 juillet 2016 David Fournel est parti, seul et sans assistance, du Pont de la Durance au pied des Rampes de Freissinieres au Pays des Ecrins. Un lieu que les cyclistes connaissent bien, au pied des célèbres Rampes de Freissinieres, sur le trajet du triathlon EmbrunMan entre autre !

Un départ en pleine nuit pour tenter de boucler les cols en moins de 48 heures, un départ un samedi matin, pour être rentré et assurer le travail le lundi matin !

Un départ en direction du Col d’Izoard, via Briançon, pour boucler dans cet ordre : Izoard – Agnel – Sampeyre – Fauniera – Lombard – Bonette- Vars.

Le parcours classique consiste à partir devant l’office de tourisme de Jausiers en Ubaye, dans les Alpes de Haute Provence. Mais de fait, il est possible pour les prétendants de partir d’où ils veulent, à condition de revenir au point de départ en ayant suivi le tracé GPS édité par la Confrérie des 7 Majeurs !

Interview de David Fournel

Le plus simple pour suivre cette épopée autour des grands cols alpins, est de suivre la description que David Fournel en a fait au retour de ces deux jours sur le vélo.

David, présente toi !

J’ai 44 ans, et j’ai un passé de sportif, de cycliste et de coureur en montagne. Ces dernières années j’étais plutôt axé sur le trail. Pour des raisons de problèmes de cartilages j’ai du me réorienter à nouveau sur le vélo et pour dorénavant aller sur mes affinités montagnardes dans la pratique du vélo.  Donc je ne fais plus vraiment de courses à proprement parler mais des défis, des challenges, longue distances, tout en endurance comme les 7 Majeurs.

Comment t’es venue cette idée des 7 majeurs, et quel est ce concept ?

Le concept des 7 majeurs a été créé par Mr Patrick GILLES qui est un cyclo-randonneur longue distance qui participe au toutes ces épreuves d’endurance extrêmes. Il consiste à franchir les 7 cols majeurs des Alpes du Sud de la frontière franco-italienne. C’est une boucle qui représente 366 km et 12000 m de dénivelée à effectuer dans des tranches horaires. En fonction du temps que l’on effectue on est classé dans une confrérie, en fonction de la performance que l’on a réalisé.

Pour ce qui est des cols, on a le col d’Izoard, le Col Agnel, le Col de Sampeyre en Italie, Col de la Fauniera, le Col de la Lombarde pour revenir en France, le Col de la Bonnette et le Col de Vars, et nous voilà revenus à Guillestre.

Chacun peut partir dans le sens qui le souhaite, du sud au nord ou du nord au sud,  revenir à son point de départ en suivant la trace officielle, et on peut partir de n’importe quel point du parcours à l’heure et à la date où on le souhaite.

Il est mentionné que le point de départ est Jausiers, parce qu’il faut se prendre en photo au point de départ et sur des points de passage bien précis. Et en fait tu pars bien d’où tu veux ?

Tu pars d’où tu veux, il faut effectivement faire des photos pour transmettre sur les réseaux sociaux. A la fois pour la sécurité car on est pas suivi par des voitures, on est vraiment en mode « aventure », et aussi pour avoir une preuve de passage au sommet des cols. En haut de chaque col, on fait une photo que l’on balance sur les réseaux sociaux, ainsi que du point de départ et du point d’arrivée. Avec la trace GPS, que l’on a enregistré avec les compteurs modernes d’aujourd’hui, on sait par ou on est passé, et on a la preuve photographique qu’on l’a bien passé.

Grand Maitre, Maitre, quel était ton objectif de départ pour les 7 majeurs ?

initialement je devais faire les 7 majeurs en binôme avec un ami en septembre, et il y a tellement de caractéristiques qui rentrent en ligne de compte, pour réaliser ce défi, que sur ce dernier week-end de juillet tout était réuni, j’ai pu me libérer et consacrer le week-end du 31 juillet à une reconnaissance. Cette reconnaissance s’est bien déroulée puisque d’emblée je rentre comme maitre dans le classement des 7 majeurs, mais je maintiens ma tentative de septembre qui sera avec assistance et en binôme avec un ami cyclo, et nous allons essayer de franchir les 7 cols en moins de 24 heures pour être Grand Maitre.

Raconte nous un peu tes 7 majeurs, quels étaient les sensations pendant le défi ?

Le matin ou je suis parti vers 3 heures de Freissinieres, j’ai vite senti que j’avais les jambes qui étaient prêtes. Des premières sensations très agréables quand on roule la nuit : aucune nuisance sonore ou visuelle, une température qui est super confortable pour bien rouler, ça permet de bien se mettre en jambe. Jusqu’au sommet de l’Izoard et même du Col Agnel, c’était un pur bonheur de rouler seul dans les cols alpins. Après cela s’est compliqué dans les cols italiens, qui n’ont pas du tout la même conception que chez nous, c’est a dire que l’on a du goudron qui est beaucoup moins roulant, voire des chemins de terre qui remplacent le goudron , sur des cols qui font une moyenne de 10% sur 25 km de montée et 25 km de descente. Les 7 majeurs, c’est vraiment 7 cols hors catégorie mais chacun avec une typologie fort differente.

La Faunieria est un col magnifique qui rappelle les Dolomites mais il est très dur, et le retour en France par la Lombarde et la Bonnette c’est pas forcement ce qui est le plus agréable pour moi. Parce que au-delà des conditions météo où j’ai pris quelques orages, j’ai retrouvé toutes les nuisances sonores, les motos, les voitures dans les cols français, ça m’a trop plu, mais il fallait bien boucler par ces cols là. Et le col de Vars, où un ami de Alpes Aventure, toi-même,  est venu m’accompagner sous la dernière rasade d’orage, sous la grêle et sous la pluie. Donc là c’était des conditions météo qui étaient un peu difficiles, mais il fallait bien boucler.

Donc une super expérience d’aventure en montagne, que je ne connaissais  pas. C’était mon premier raid sur route en montagne, j’étais pas habitué à ça, mais j’y reviendrais et je participerais à d’autres compétitions comme celle là.

Comment as tu préparé ce défi qui était un peu nouveau pour toi ?

Comme j’ai abordé le défi en notion de découverte, c’est un peu comme en montagne quand on découvre du terrain d’aventure, on est très prudent parce que l’épreuve est d’ampleur. Et aussi on se retrouve seul dans la nature, il faut y aller avec une grande sagesse. Pour la préparation c’est principalement de l’endurance, c’est quelque chose que je développe par ma pratique de la montagne sans difficulté. A mon âge cela serait plus compliqué de développer des compétences de puissance ou d’explosivité.

Il est clair que tu essaiera de faire mieux la prochaine fois !

Des le week end du 17 septembre on va essayer de faire « mieux la prochaine fois », parce qu’en plus on aura une voiture d’assistance qui va nous suivre dans les cols. On sera plus leger, et donc on va essayer de passer sous la barrière des 24 heures. Surtout que je serais plus facilement enclin à prendre des risques en terme de performance physique, puisque j’aurai la voiture, et en plus je suis déjà classé comme maitre dans la confrérie, donc j’ai assuré le minimum syndical.

Merci David , et donc bonne chance pour le mois de septembre.

Merci Guillaume !

Le 4 août 2016.

 

Album Photo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.