La Meije, 1° au 7 juillet 2019

Classé dans : La Meije | 0

La Meije

La Meije est un sommet mythique du massif des Ecrins. Aucun de ces trois sommets ne laisse indifférent ! Cette semaine nos objectifs sont le Pic central dit « Doigt de Dieu » et la Meije orientale.

 

SÉJOUR ASSOCIE

 

Dans cet article La Meije

Présentation – Lieu – Alpiniste – Encadrement -Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéo Préparation et ascension de la Meije – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Massif des Ecrins, Hautes Alpes et Isère, France.

Alpiniste :

  • Pierre

Encadrement :

  • Guillaume CHRISTIAN

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Meije. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Lundi 1° juillet 2019

La Grave

Premier contact pour tout le groupe à Chamonix même, au magasin sanglard pour la location des chaussures. La Nous nous retrouvons à La Grave, face à La Meije. Belle entrée en matière ! La Grave est situé juste sous le sommet, et le soleil qui domine la montagne à midi a donné son nom au sommet : Meidjo, c’est la moitié du jour, la Meije est donc une des nombreuses « aiguille du midi » de nos montagnes.

Villar d’Arene

Notre camp de base est Villar d’Arène. Nous nous installons au gite dans nos chambres pour cette première soirée, à préparer nos sacs pour les trois premiers jours. Excitation !

Mardi 2 juillet 2019

Le Glacier de la Girose

Ce matin nous commençons la journée avec le téléphérique des Glaciers de la Meije. Nous voilà propulsés à 3200 meters d’altitude ! Le Glacier de la Girose est devant nous. Nous remontons le glacier avec une petite variante sous l’arête de la Pointe Madeleine, pour remonter une raide pente de glace à 45/50°. C’est la première mise en condition pour préparer l’ascension de la Meije.

Le Col de la Lauze

Nous franchissons ensuite le Col de la Lauze au sommet du glacier de la Girose. Ce Col de la Lauze nous donne accès au coeur du massif des Ecrins, nous entrons dans le parc national des Ecrins. La descente coté sud est bien raide et demande déjà de bonnes qualités d’alpiniste. Neige raide en haut, puis pentes de schistes instables sont au menu.

Le refuge de la Selle

Nous trouvons après 1 heure 30 de descente et 1000 mètres de dénivelée le refuge de la Selle. Perché sur un promontoire, il domine la vallée de la Selle et le vallon du Diable. Face à nous le sommet de demain est immanquable : la Tête Sud du Replat.

Mercredi 3 juillet 2019

Le Glacier de la Selle

Nous partons en fin d nuit par le sentier du Glacier de la Selle. Un sentier technique avec déjà quelques passages rocheux, nous ne sommes pas sur une avenue nettoyée mais bien sur un sentier d’alpinistes. Le glacier, plat sur sa langue terminale, fini par nous ouvrir ses portes. la corde est sortie et les crampons sont aux pieds, nous montons vers le Col du Replat.

La Tête sud du Replat

Au Col du Replat, après une raide et soutenue pente glaciaire, nous trouvons la belle petite arête de la Tête Sud du Replat. L’arête n’est pas très longue, pas très soutenue, mais nous posons déjà un peu les mains pour grimper. Le but de la journée n’est pas de se fatiguer, mais plutôt de s’acclimater en douceur. Au sommet la vue est magnifique, nous sommes au coeur des Ecrins. Et face à nous, voici la face sud de la Meije, avec le Grand Pic, le Doigt de Dieu et la Meije Orientale. Le spectacle est à la hauteur ! La pause est longue avant de retrouver le chemin de la descente et le refuge.

Jeudi 4 juillet 2019

Le Col de la Girose

Aujourd’hui, après la première acclimatation, les choses plus sérieuses commencent. Nous partons vers le Col de la Girose. Son versant sud se remonte par un raide couloir de neige qui n’est en conditions qu’en début de saison.

Le Couloir du Col de la Girose est en neige bien dure, avec un bon regel. L’entrée est déjà à 50°, et il faut sortir les pointes avant des crampons ! Nous croisons une cordée qui descend en rappel pour aller faire une voie d’escalade vers la Pointe Thorant.

Il nous faut 5 longueurs de corde pour déboucher au sommet, retrouver le soleil et un terrain plat pour récupérer.

Le Rateau Ouest

Il est encore tôt, les jambes répondent bien, nous allons donc faire un tour au sommet Ouest du bateau. Le plaisir de partir tôt du refuge de la Selle permet de grimper au Bateau de bonne heure, avant que les cordées n’arrive du téléphérique. Nous profitons donc d’une solitude agréable. Et nous avons tout loisir de profiter des deux longueurs en troisième degré qui mènent à la dernière arête du bateau Ouest, et au sommet.

Villar D’arène

Nous croisons les premières cordées en descendant, après avoir profité du sommet pour nous seuls ! Il faut descendre la raide pente nord du Col de la Girose pour retrouver le téléphérique qui nous ramène à la Grave.

Nous nous déplaçons alors de retour à Villar d’Arène, pour savourer cette après midi au calme au gite, afin de bien récupérer pour demain matin et la montée au refuge de l’Aigle.

Vendredi 5 juillet 2019

Le Pont des Brebis

Réveil matinal, car monter au refuge de l’Aigle n’est pas une mince affaire ! Nous sommes au Pont des Brebis, point de départ de cette longue journée, à 6 heures ce matin. Le jour se lève et nous partons.

Montée au refuge de l’Aigle

Nous avons devant nous 1800 meters de dénivelée jusqu’au refuge. Nous montons d’un bon rythme cette première heure afin d’arriver dans l’alpage et la fraicheur avant l’arrivée du soleil. Au derniers arbres le soleil apparait. Le sentier devient de plus en plus rocailleux et la neige apparait bientôt.

Il faut s’encorder aux premiers névés raides, avant d’aborder l’arête du Bec de l’Homme, rocheuse. Elle mène à la fameuse vire Amieux, qui permet de traverser horizontalement vers le Glacier du Tabuchet. La Meije est maintenant devant nous, impossible de ne pas sentir sa présence à chaque instant.

Le Refuge de l’Aigle.

30 minutes après la vire Amieux, nous arrivons au refuge. Jeff le gardien nous accueille. Le refuge est perché à 3450 m sur un piton rocheux, authentique, reconstruit presque à l’identique il y a quelques années pour rappeler l’ancien refuge historique. Le sentiment d’être dans un bateau perché sur les cimes est omniprésent. L’Aigle, c’est magique !

Samedi 6 juillet 2019

La Rimaie du Doigt de Dieu

Nous partons de nuit ce matin. La météo n’est pas forcément excellente pour demain, à confirmer. Donc restons prudent, et allons au Doigt de Dieu ce matin. C’est le sommet le plus exigeant, le plus aérien, et il faut mettre toutes les chances de notre coté pour le gravir. Le jour se lève avec nos premiers pas, le refuge de l’Aigle en ombre chinoise derrière nous. La montée à la rimaie du Doigt de Dieu est toujours un moment exceptionnel ! Nous nous y équipons pour l’ascension finale, au soleil qui vient de sortir des crêtes italiennes au loin.

Le Doigt de Dieu, Pic central de la Meije

Cette année la pente est déjà en glace. Nous avons deux piolets, pour plus de confort et de sécurité. 50 meters de glace à 45 / 50 ° conduisent aux premiers rochers où nous trouvons un relais, pour le rappel. Il reste 20 mètres à gravir en mixte, en crampons, pour trouver l’arête et le deuxième relais de rappel.

Nous laissons là piolets et crampons, et finissons l’ascension en rocher pur. Une belle longueur en 3 et 4 amené à une dernier relais pour rappel, et il ne reste alors que 50 mètres de rochers plus facile pour atteindre la cime ! Coté sud cela surplombe plutôt méchamment et la sensation sur ce sommet est exceptionnelle.

Descente du Doigt de Dieu

La descente n’est pas plus simple. Nous encabanions les rappels, nous retrouvons nos crampons et piolets, la pente de glace initiale et la rimaie. Et voici le glacier. Il faut rester vigilant car le glacier est crevassé. Mais le refuge est vite là, et nous pouvons profiter de notre sommet, du refuge et de la quiétude du lieu. Belle journée !

Dimanche 7 juillet 2019

La Meije Orientale

Cette nuit le vent s’est levé, l’orage a grondé et le grésillement est tombé. Bref ce n’est pas le grand beau ! Nous prenons tout de même le petit déjeuner à 4 heures, et le ciel se dégage pendant que nous marinons nos tranches de pain.

Nous partons dans un vent fort, avec de l’espoir mais lucides sur nos chances de pouvoir atteindre le sommet de la Meije Orientale.

A la rimaie, le vent est toujours fort mais nous continuons. Les nuages défilent en rand serrés. A l’arête je fait deux abalakovs pendant une accalmie au cas où il soit nécessaire de rentrer précipitamment.

Nous remontons l’arête jusqu’au pied des rochers, mais il faut se rendre à l’évidence : il y trop de vent pour gravir la Meije Orientale en sécurité.

La Descente

Nous retrouvons notre abalakovs quand les nuages arrivent en masse, le vent forcit et la neige commence à tomber ! Deux rappels sont pessaire pour atteindre la neige, et nous fuyons vers le refuge dans le vent et la tempête ! Qu’il fait bon se mettre au chaud.

Retour dans la vallée

Une accalmie nous permet de sortir et de commencer notre retour vers la vallée. Nous serons en fait tranquille pour descendre avec quelques alertes et quelques flocons, mais globalement le temps s’améliore doucement.

Nous retrouvons l’herbe, puis le pont des Brebis. Il ne reste plus qu’à rejoindre le villar d’Arène et ses terrasses ensoleillés, pour un bon repas. Et attendre que la route du Col du Lautaret se libère car aujourd’hui une course cyclospotive monopolise la route !

En tout cas bravo à Pierre pour cette semaine menée de main de maitre avec la belle réussite au Doigt de Dieu !

Album Photo

Videos de la semaine Meije

Trois journées de préparation au refuge de la Selle

Col de la Lauze

Ascension de la Tête Sud du Replat

Ascension du Rateau Ouest par le Col de la Girose

La Meije

Montée au Refuge de l’Aigle

Ascension du Doigt de Dieu

Tentative à la Meije Orientale

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.