Mont Blanc Voie Royale

Mont Blanc, du 15 au 21 juillet 2019

Classé dans : Mont Blanc | 3

Le Mont Blanc Voie Royale

L’ascension du Mont Blanc Voie Royale c’est toujours une expérience émouvante. La Voie Royale est celle dénommée comme telle par Saint gervais pour monter au Mont Blanc par la Voie Normale. Pleine de sensations, de rêves et d’accomplissement. Cette semaine nous n’avons pas dérogé à la règle. Le temps a été presque parfait, nous avons vécu des moments forts et toute l’équipe est arrivée au sommet ! Bravo.

 

SÉJOUR ASSOCIE

 

Dans cet article ascension du Mont Blanc Voie Royale

Présentation – Lieu – Alpinistes – Encadrement -Téléchargement – Jour par Jour – Album photo – Vidéo Préparation et ascension du Mont Blanc – Partage réseaux sociaux – Commentaires

Lieu

Massif du Mont Blanc, Haute Savoie, France.

Alpinistes :

  • Damienne
  • Nabil
  • Anthony
  • Sebastien
  • Thierry
  • Joaquim

Encadrement :

  • Guillaume CHRISTIAN
  • François LACOUR
  • Jean-Luc FIGUIER

Téléchargement

Vous avez participé à ce séjour Mont Blanc. Vous pouvez télécharger les photos en Haute Définition :

Saisissez votre code personnalisé :

 

 

Lundi 15 juillet 2019

Magasin Sanglard Sport

Nous nous retrouvons au magasin Sanglard Sport de Chamonix. Chacun essaie et récupère son matériel, ses chaussures ou ses vêtements de location. Nous vérifions le matériel de ceux qui n’ont pas choisi de matériel en location, par précaution. Puis nous prenons tous le chemin de l’hotel Olympique, au village du Tour

Hotel Olympique

Voici notre « quartier général », l’hotel Olympique. C’est plutôt notre camp de base, notre cocon douillet où nous sommes toujours accueillis de manière chaleureuse. Un réel plaisir.

Nous passons une heure dans la pelouse de l’hotel à préparer le matériel, régler les crampons, expliquer les piolets, les harnais, la confection du sac à dos.

Nous continuons par un délicieux repas pendant lequel nous faisons le briefing des jours à venir et surtout nos trois premiers jours de préparation. Puis nous rejoignons nos chambres pour un repos bien mérité, même si n’avons pas marché aujourd’hui. Il faut accumuler des heures de sommeil et partir bien reposé pour profiter au mieux du séjour !

Mardi 16 juillet 2019

Le Refuge Albert 1°

Nous utilisons les remontées mécaniques de Charamillon – Col de Balme pour commencer cette montée au refuge Albert 1°. Facile !

Le sentier part de la proximité du Col de Balme, facile, en traversée, idéal pour se mettre en route. Bien sûr le paysage est aussi magnifique ce matin, il fait beau, et la haute montagne se dévoile peu à peu au cours de notre approche du refuge Albert 1°

Peu de temps sous le refuge nous traversons vers le glacier du Tour. Nous sommes juste sous le refuge Albert 1°, le glacier est devant nous et nous profitons d’un bon pique nique, mérité.

Ecole de Glace

Nous débutons notre école de glace par de la marche encordée sur le glacier qui est encore finalement bien enneigé. Respect de la distance d’encordement, changement de direction, programme de base pour qui veut évoluer sur un glacier.

Puis nous trouvons une vasque adéquate pour commencer à entrer dans le vide du sujet. Traversée, torsion des chevilles, descentes, utilisation du piolet, pointe avant, descente en moulinette, tout y passe. Chacun fait de son mieux et il y a parfois de franches rigolades.

Après quelques heures d’apprentissage il est temps de rejoindre le refuge pour y profiter d’un repos bien mérité, et préparer la journée du lendemain.

Mercredi 17 juillet 2019

La Petite Fourche

Pour mettre en application les acquisitions de la veille, et passer au choses sérieuses, nous allons vers le sommet de la Petite Fourche. Un beau sommet de 3500 mètres qui a l’avantage d’être complet : marche sur glacier, pente de neige raide en crampons, petite escalade rocheuse terminale. Nous arrivons au sommet assez tôt pour profiter du magnifique paysage. Surpris toutefois qu’après 15 minutes de quiétude une flopée de cordées nous rejoigne avec fracas, sur ce sommet qui est d’habitude plutôt calme !

Le Col Blanc

Nous retrouvons donc le Col Blanc rapidement avant que les cordées ne décident de descendre elle-mêmes, et rejoignons le Col Blanc où nous avons laissé les bâtons. C’est ici que nous basculons en Suisse, sur le Glacier de Trient. Il nous faut d’abord descendre cette pente raide fermée par une belle rimaie. Nous voici donc engagé dans une descente en rappel pleine d’émotions !

Cabane de Trient

Au bout du Glacier de Trient s trouve la cabane de Trient. « Cabane », c’est ainsi que les suisse désignent leurs refuges. Il faut 15 minutes de remontée sur un bon sentier pour gagner le refuge depuis le glacier. A notre arrivée nous sommes accueillis par le gardien, et nous profitons d’une belle aprés midi au refuge. Acclimatation, sieste, promenades autour de la cabane. Tranquille !

Jeudi 18 juillet 2019

Aiguille du Tour

Départ à 4 heures 30. Il est agréable de partir tôt, à la lueur de la lampe frontale. Il faut apprivoiser la nuit, l’obscurité, ce petit cercle de lumière que l’on a devant soi. Le jour vient lentement, et partir tôt permet de profiter de ces moments. Le soleil ne fait guère d’apparition ce matin, le ciel est couvert à l’est. L’équipe est au top et nous arrivons vite au pied des rochers de l’aiguille du Tour.

L’escalade est facile et plaisante. Au sommet nous sommes seuls, tout le monde a bien marché et nous arrivons bien avant les cordées parties du refuge Albert 1°.

Nous ne nous éternisons pas car le brouillard nous entoure et il fait plutôt frisquet.

Sur le glacier vers le Col supérieur du Tour le soleil st de retour, nous chauffons et enchainons la descente vers le refuge Albert 1°. Nous faisons une bonne pause au refuge avant de reprendre notre marche vers le Col de Balme et le remontées mécaniques.

Hotel Olympique

Nous retrouvons l’hotel olympique en début d’après-midi midi. Il est temps pour chacun de se reposer et d profiter de ce bon moment de repos. Avant d epérparer son sac pour les trois journées qui vont suivre et donc l’ascension du Mont Blanc, car la météo est plutôt bonne !

Vendredi 19 juillet 2019

Le Tramway du Mont Blanc

Notre ascension débute de façon plutôt tranquille. Disons, reposante. Car nous sommes dans l’historique tramway du Mont Blanc, train à crémaillère construit en 1913, qui nous porte jusqu’au Nid d’Aigle. C’est ici que commence l’ascension du Mont Blanc Voie Royale. Nous retrouvons Jean Luc, guide de haute montagne, qui va compléter l’encadrement pour cette ascension du Mont Blanc.

Le Nid d’Aigle

C’est le terminus du train. Ici il faut marcher. Nous sommes déjà dans le domaine de l’altitude, il n’y a plus d’arbres et face à nous se dresse l’Aiguille de Bionnassay à plus de 4000 mètres.

Le Refuge de Tête Rousse

Notre petite troupe, s’égraine dans la marche tranquille vers le refuge de Tête Rousse. A la pause, les bouquetins vont et viennent autour de nous et une Madame bouquetin semble bien décidée à s’approche très prés !

Reprenons la marche. A peu de distance du refuge de Tête Rousse, devant son abri, un agent assermenté contrôle que nous avons bien réservé au refuge. Il suffit alors de traverser le front du glacier de Tête Rousse pour trouver le refuge, et finir cette première étape vers le sommet.

Samedi 20 juillet 2019

Le Gouter

C’est le « grand jour ». Nous partons à 4 heures 30 le matin du refuge de Tête Rousse. Nous prenons la direction du refuge du Gouter qui s trouve sur l’Aiguille du Gouter. Rapidement nous nous encordons, puis nous chaussons les crampons, pour traverser le fameux grand,nd couloir encore un peu enneigé.

C’est toujours un moment délicat, et il faut être trés concentré.

Aprés une longue remontée d’arête nous attend, avec quelques pas d’escalade, pour déboucher au sommet de l’Aiguille du Gouter. Nous contournons l’ancien refuge, retrouvons le soleil sur le sommet, et gagnons le nouveau refuge du Gouter. Nous profitons de la pause en entrant dans le refuge, en nous débarrassant de nos outils d’alpinistes, pour nous installer devant un bon deuxième petit déjeuner au chaud.

Ascension du Mont Blanc Voie Royale

Nous voila partis pour l’ascension finale. La remontée du Dôme du Gouter doit se faire tranquillement. Mais aucune pause n’est effectuée. Nous arrivons lentement mais surement au sommet du Dôme du Gouter. Enfin nous retrouvons le Mont Blanc que nous ne voyons plus depuis hier matin ! Il est là, devant nous, avec le refuge Vallot et l’arête des Bosses qui nous attends.

Le Refuge Vallot est une étape cruciale. Souvent les cordées trop fatiguées s’y arrêtent et c’est le lieu des abandons. Pour nous l’heure est au doute. Un nuage lenticulaire dit « l’Ane sur le Mont Blanc » vient de se former et nous ne voyons plus l’arête ni le sommet. Le vent souffle très fort et il fait froid. Nous décidons de continuer jusqu’à la première bosse, la grande bosse. A son sommet, si l’une est toujours présent, il faudra retourner au refuge et interrompre l’ascension.

Nous avons de la chance. Le vent se calme, l’âne disparait pendant la montée à la grande bosse. Il faut maintenant tenir physiquement, car les nuages ne sont pas loin, et il ne faut pas trainer. L’ascension s’enchaine : petite bosse, mauvaise arête, la crevasse, les rochers terminaux et anion cette belle dernière arête, celle du sommet. Elle dure suffisamment longtemps pour que le sommet soit espéré, mais suffisamment courte pour ne pas être monotone et harassante.

Voici le sommet ! Le soleil est au rendez vous, nous sommes bien. Emotions.

Refuge du Gouter

Il faut maintenant redescendre après une demi heure passée au sommet. Rester concentré, vigilant, car la route est longue et l’arête raide. Au refuge Vallot tout devient moins raide et chacun peut respirer, mais il faut encore de l’énergie jusqu’au refuge du Gouter.

Tout finit par arriver et c’est un enseignement. Il faut toujours continuer à avancer sans se précipiter, et finalement avec de la persévérance tout arrive. Nous voilà au refuge du Gouter. Pour y passer une bonne et douce nuit.

Dimanche 21 juillet 2019

Descente du refuge du Gouter

Nous partons tôt ce matin, avec un petit déjeuner préparé en catimini par le gardien bien sympathique, qui nous permet de marcher avec le ventre plein ce matin. Nous avons anticipé le départ, en effet, car une course d trail va bloquer le train vers 11 heures au Nid d’Aigle. Il ne sera plus alors possible de descendre du nid d’Aigle avant 14 heures 30 ! De plus, ce matin il fait mauvais avec un crachin désagréable et un vent très trés fort. La descente va donc être plutôt compliquée.

De fait 100 mètres sous l’ancien refuge du Gouter, dans les rochers, le temps commence à s’améliorer et les rochers sèchent. Le vent se calme un peu. Tout devient plus agréable. la descente se déroule bien. Nous retrouvons le soleil au refuge de Tête Rousse.

Tramway du Mont Blanc

Nous retrouvons le tramway après une bonne descente sur le sentier. Il était temps. Certains dans la troupe ont trouvé la descente plutôt longue sur la fin ! Le Mont Blanc, ce n’est jamais facile et comme dit François, « la montagne facile, ça n’existe pas « . Nous passons avant le traiteurs commencent juste à arriver au sommet d leur montée qui est le Nid d’Aigle, et nous pouvons enfin nous assoir pour cette descente en train jusqu’à Saint Gervais – Le Fayet.

Saint Gervais

A Saint gervais, avant de no-us quitter, nous profitons entre de ces bons moments autour d’un repas. L’heure est à la joie, aux bons moments, et aux félicitations, peut être aux projets. Bravo a toute cette équipe qui a mis une sacré amiante et a réussi son pari, gravir le Mont Blanc !

Album Photo

 

Videos de la semaine Mont Blanc

Présentation du matériel à l’Hotel Olympique

Trois journées de préparation

Montée au refuge Albert 1° et Ecole de glace

La Petite Fourche

L’Aiguille du Tour

Le Mont Blanc

Montée au Refuge de Tête Rousse

Ascension du Mont Blanc

Descente du Refuge du Gouter

3 Responses

  1. AMIMER

    Bonjour à tous,

    J’avais dit que pour mes 50 ans, j’irai faire le Mont Blanc.

    Je suis passé par une plate forme, qui m’a renvoyé vers « Alpes aventure  » et quelle chance !

    j’ai décidé de prendre la formule 7 jours, parce qu’elle correspondait vraiment à mon niveau d’alpinisme et j’ai bien fait !!

    Le séjour est vraiment bien conçu que ce soit en termes logistique que d’entrainement et en plus vous verrez de superbes paysages ( vous n’aurez qu’à profiter, Guillaume,François et Jean-Luc gèrent tout)/ J’ai eu aussi la chance de rencontrer des gens extraordinaires, Joaquim (dit terminator), Seb ( dit zen attitude), Thierry ( dit le déterminé), et Anthony (dit le beau gosse) .

    Enfin, cette experience m’a donné beaucoup d’émotions lors de l’ascension au Mont Blanc et je vous en remercie encore.

    Maintenant, j’aimerai partager un glacier avec ma famille et je sais maintenant à qui je vivrai une nouvelle aventure en sécurité, bien organisée et avec des souvenirs (vidéos et photos) faites par les guides. ( pas négligeable, ça permet de se concentrer sur la marche)

    Pour finir, merci à toi Guillaume toujours disponible, à Jean-Luc ton calme nous rassure, et pour mon François pour toi, tu as sans doute l’habitude qu’on te remercie, mais sache que je n’oublierai pas ce que tu as fait lors de notre ascension et si j’y suis arrivé c’est en grande partie grâce à toi et un « chouia » Anthony.

    Voilà, je vous souhaite à tous une longue et belle vie et à Alpes aventure également de continuer sur le même principe .

    Nabil

    * chouia = un peu

    • Guillaume CHRISTIAN

      Merci pour ce commentaire plein de sincérité et d’émotions. J’avoue que le sommet du mont Blanc, notre arrivée à tous là-haut, ne m’a pas laissé indifférent. Ce fut très fort. Bravo Nabil, merci pour ces mots. Rien de plus à rajouter.

    • Jean Luc Figuier

      Encore bravo à tout le groupe pour cette belle réussite. Je vous renvoie aux vidéos pour vous rappeler la réelle difficulté de l’ascension, mais aussi la complicité et l’émotion qu’elle procure.
      Bon été. Jean-Luc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.